Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

Sweet 16 : présentation, matchs immanquables et upsets potentiels

A la suite d’un premier week-end intense, le Sweet 16 lance la deuxième partie de la March Madness avec les demi-finales régionales. Les 16 équipes qualifiées pour le second week-end du NCAA Tournament ne sont plus qu’à une étape des finales de région, rampe de lancement pour le Final Four.

Conclusion inattendue des deux premiers tours : les têtes de série principales ne sont pas tombées et seul Auburn (#5) et Oregon (#12) ont abattu l’hégémonie des seeds #1, #2, #3 et #4. Cela implique que les rencontres du Sweet 16 alignent, déjà, des confrontations entre d’excellentes équipes qui promettront un suspens au plus haut.

Retrouvez la liste complète des matchs du Sweet 16 ainsi qu’une présentation des rencontres marquantes et des upsets potentiels, qui ont fondé la notoriété du second tour de la March Madness.

 

 

Les (vrais) matchs du Sweet 16

 

 

Présentation des rencontres du Sweet 16

 

(en rouge : les upsets potentiels / en or : les plus beaux matchs)

 

Sweet 16, vendredi :

 

  • #1 Duke vs #4 Virginia Tech (2h40)

Lors de la dernière rencontre entre les deux adversaires, lors de l’avant-dernière semaine de la saison régulière, le résultat en avait surpris plus d’un : Virginia Tech avait réussi l’exploit de réussir un upset face à Duke. Mais les deux équipes ont bien changé en l’espace d’un mois.

Zion Williamson, blessé au genou et absent de la rencontre, est revenu encore plus fort auprès des Blue Devils et participe au succès des siens avec une puissance sans bornes. Sauf que les Hokies ont également retrouvé leur maitre à jouer entre temps, en Justin Robinson. Bémol : le guard a manqué près de 2 mois de compétition et n’est revenu à la compétition que pour le début de la March Madness. Peut-il retrouver un rythme élite avec 57 minutes de jeu dans les jambes depuis le 31 janvier ?

Mais, bien évidemment, les équipes ne se limitent pas à leur leader, bien au contraire.

La talon d’Achille de Duke, comme présenté plus tôt cette semaine, peut être l’oubli de certains cadres majeurs ; on pense bien évidemment à R.J. Barrett. Le freshman canadien est l’un des meilleurs joueurs du pays et apporte une percussion inégalée dans la raquette, en accompagnement de Zion Williamson. Mike Krzyzewski ferait bien de ne pas l’oublier, au même titre que Cam Reddish, puisque les compères freshmen ne possèdent aucun égal sur le parquet lors du Sweet 16.

Virginia Tech peut profiter de ces erreurs stratégiques grâce au collectif insufflé par Buzz Williams. Les Hokies tiennent dans leurs rangs d’excellents shooteurs de loin, tels que les gars Ty Outlaw et Ahmed Hill. De plus, l’ailier canadien Nickeil Alexander-Walker et le massif pivot Kerry Blackshear peuvent profiter de leurs qualités athlétiques pour mettre à mal la défense intérieure de Duke, ainsi que ralentir les incursions offensives de l’ennemi.

Buzz Williams connait la stratégie pour battre les Blue Devils et possède le talent nécessaire pour justifier ses espoirs ; cette stratégie a fonctionné il y a moins d’un mois.

  • #2 Kentucky vs #3 Houston (3h00)

Kentucky a connu de grandes difficultés pour se défaire de Wofford au Second Round. Mauvaise nouvelle pour les Wildcats, l’affrontement face à Houston s’annonce encore plus périlleux lors du Sweet 16, malgré le retour vraisemblable de P.J. Washington parmi l’effectif.

Les Cougars semblent être l’équipe parfaite pour renverser les hommes de John Calipari. Pourquoi ? Les forces des Wildcats sont la domination aux rebonds et la présence d’une défense rugueuse sur l’homme. Et bien l’équipe de Kelvin Sampson est encore meilleure aux rebonds (une des meilleures escouades du pays dans ce secteur) et possède une des défenses les plus efficaces de la ligue depuis le début de saison, ce qui leur a permis d’engranger 33 victoires, pour 3 défaites, jusque-là.

Les intérieurs ne sont pas les têtes connues à Houston, mais une rotation des plus solides à 4 joueurs peut rivaliser en terme de taille avec Kentucky, et laisser les guards utiliser leur physique pour sécuriser les rebonds. L’association complémentaire du meneur Galen Robinson Jr. et des arrières Armoni Brooks et Corey Davis Jr. accomplit des merveilles depuis novembre et le freshman Dejon Jarreau a récemment émergé comme un sixième homme des plus compétents, en soutien.

Autant dire que la présence seule de Reid Travis, P.J. Washington et Keldon Johnson dans la peinture ne suffira pas pour faire la différence. Les artilleurs de Kentucky doivent se réveiller s’ils espèrent rester dans la course au titre.

Ashton Haggans et surtout Tyler Herro sont plutôt discrets depuis le début de la March Madness en attaque, bien que leurs excellents efforts défensifs compensent cette discrétion. Les freshmen ont l’obligation de passer la vitesse supérieure pour contrarier les plans de Houston et les percussions athlétiques de leurs adversaires directs.

 

Sweet 16, jeudi :

 

  • #1 Gonzaga vs #4 Florida State (0h10)

Gonzaga et Florida State se sont rencontrés lors du Sweet 16 de la dernière March Madness. Le résultat ? Une victoire sans appel des Seminoles. Si l’on était chauvin, on pourrait considérer que ce résultat était tronqué par la blessure de Killian Tillie.

La revanche pourrait bien accoucher d’une issue différente. Les Bulldogs ont retrouvé le français en bonne santé ; mais, la plus grande différence est qu’il n’est plus une pièce centrale du secteur intérieur. Brandon Clarke est arrivé de San José State entre temps et a explosé sur le scène nationale, en tant qu’ailier d’excellente qualité et surtout en tant que défenseur hors pair. Son duo avec Rui Hachimura peut dominer n’importe quelle raquette.

Mais les deux éléments des Zags auront fort à faire face à Florida State, qui possèdent tout de même un très bon groupe d’intérieurs entre Christ Koumadje, Mfiondu Kabengele et Phil Cofer, si ce dernier est remis d’une blessure et du décès de son père. Gonzaga ne possède pas un avantage de taille et de qualités athlétiques comme il l’avait face à Baylor. De même pour les Seminoles face à Murray State.

Mark Few a accédé à un cinquième Sweet 16 consécutif, la meilleure série du pays, et, pour atteindre au Elite 8, devra certainement se reposer sur ses playmakers extérieurs pour créer la différence nécessaire pour contourner la raquette de Leonard Hamilton. Zach Norvell Jr. peut-il terrasser Terance Mann ? Josh Perkins peut-il dominer Trent Forrest à la mène ?

La réponse peut aussi bien être positive… que négative. Les Seminoles enchaînent les bonnes surprises, ce n’est pas pour rien que Virginia Tech (par deux fois) et Virginia se sont inclinés contre Florida State depuis le mois dernier.

  • #2 Michigan vs #3 Texas Tech (2h40)

La rencontre la plus spectaculaire ? Certainement pas. La rencontre la plus tendue avec l’issue la moins prévisible ? Certainement. Michigan et Texas Tech sont deux équipes qui se ressemblent, étrangement, comme deux gouttes d’eau et alignent de très bons joueurs dans des domaines identiques.

Les Red Raiders et les Wolverines sont classés, respectivement, 1er et 2ème en terme d’efficacité défensives (selon KenPom) et contiennent leurs adversaires à 37% et 34% au cours de cette March Madness : ces classements symbolisent parfaitement les deux formidables défenses collectives proposées par les équipes depuis le début de saison. Un combat de tranchées est évidemment attendu avec impatience.

La confrontation directe entre Tariq Owens et Jon Teske sous la panier devrait être aussi cruciale et physique, d’autant plus avec l’apport des grandes carcasses de Norense Odiase et Isaiah Livers. L’équipe qui remporte cette guerre défensive sous le panier peut donner un avantage important aux ailiers en percussion dans la peinture. Mais l’homme primordial en défense s’appelle Charles Matthews. Bien qu’il déçoive en défense, l’ailier demeure un force défensive et il aura la tâche de conserver Jarrett Culver dans son étau.

L’ailier vedette des Red Raiders est clairement le meilleur joueur sur le terrain, et surtout, la caution offensive majeure de son équipe. Sans lui, à son meilleur niveau et libre d’action, Texas Tech se complique clairement la tâche. D’autant plus que les guards Davide Moretti et Matt Mooney devront jouer face au couteau-suisse Zavier Simpson et au fantasque Jordan Poole.

Et Ignas Brazdeikis, dans tout cela ? Le freshman canadien doit s’imposer comme le patron offensif de Michigan, une position qu’il occupe lors des matchs majeurs des Wolverines. On achète immédiatement un duel de haute volée face à Jarrett Culver.

 

Programme complet du Sweet 16

 

S
W
E
E
T
1
6
WEST
Jeudi 28 mars 0h10 #1 Gonzaga #4 Florida State 72-58
Jeudi 28 mars 2h40 #2 Michigan #3 Texas Tech 44-63
SOUTH
Jeudi 28 mars 0h30 #2 Tennessee #3 Purdue 94-99
Jeudi 28 mars 3h00 #1 Virginia #12 Oregon 53-49
EAST
Vendredi 29 mars 0h10 #2 Michigan State #3 LSU 80-63
Vendredi 29 mars 2h40 #1 Duke #4 Virginia Tech 75-73
MIDWEST
Vendredi 29 mars 0h30 #1 North Carolina #5 Auburn 80-97
Vendredi 29 mars 3h00 #2 Kentucky #3 Houston 62-58