Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit Photo : Mark Konezny, USA TODAY Sports)

#4 West Virginia envoie un message en surclassant #5 Notre Dame

Ce second tour de March Madness était l’occasion de voir s’affronter deux anciens programmes de la Big East : West Virginia et Notre Dame. Alors que l’université résidant aujourd’hui en ACC avait remporté les deux dernières confrontations, ce sont les Mountaineers qui se sont cette fois imposés en patron après avoir mis la main sur le match dès le coup d’envoi (83-71).

Comme à son habitude, le programme de la Big 12 fait appel à sa fameuse “Press Virginia” qui provoque 20.3 pertes de balle en moyenne pour se défaire du Fighting Irish. Ainsi, ces derniers, pourtant très propres en temps normal avec seulement 9.3 balles perdues concédées (deuxième meilleur total du pays), ont bafouillé leur jeu en attaque malgré un Bonzie Colson des grands soirs.

Effectivement, le junior de 21 ans a réalisé une performance de haute voltige, terminant à 27 points (4/5 à 3 points) et 8 rebonds. Mais malheureusement pour Notre Dame, il a manqué d’aide autour de lui. V.J. Beachem, à l’image de son match contre Princeton, est passé complètement à côté (9 points à 2/14) tandis que Matt Farrell a manqué de régularité (8 points, 6 passes et 4 turnovers). En face, Jevon Carter a été le fer de lance de West Virginia avec ses 24 points et Daxter Miles Jr. a également apporté au scoring (18 unités).

Dès l’entame de match, les Mountaineers imposent leur rythme grâce à un 10-0 qui donne tout de suite le ton. La défense est en place, forçant Notre Dame à prendre des shoots compliqués. Ainsi, les hommes de Mike Brey loupent leurs cinq premières tentatives et enchaînent les pertes de balles (1FG pour 3TO en 7 minutes). En revanche, de l’autre côté, West Virginia fait bien circuler la balle et trouve des shoots ouverts. Déjà dos au mur, le Fighting Irish se doit de réagir par l’intermédiaire de Matt Farrell qui inscrit cinq points de suite (15-11).

Cependant, Jevon Carter étant très adroit et distribuant bien le jeu, les Mountaineers ne se précipitent pas et continuent leur marche en avant (26-18). Sans surprise, c’est donc West Virginia qui vire en tête à la pause. Portés par une défense toujours autant agressive, ils maîtrisent en effet leur sujet même si paradoxalement, l’écart n’est “seulement” que de 7 points (42-35).

Au retour des vestiaires, Notre Dame ne trouve encore pas la solution. Qui plus est, l’adresse longue distance de la première période (4/7) a disparu. Heureusement, Bonzie Colson, qui reste sur le parquet malgré trois fautes, est sur une autre planète, ce qui permet au Fighting Irish de croire une remontée (54-47). Il reste alors 13 minutes lorsque le match s’emballe, car les deux programmes prennent feu offensivement pendant quelques possessions. Mais les joueurs de Notre Dame sont les premiers à craquer et forcent leurs tirs à trois points puisque, intelligemment, West Virginia les oblige à jouer au large.

Ainsi, les Mountaineers sont toujours en tête à quelques minutes du buzzer alors que le Fighting Irish, dans l’impossibilité de lancer une dynamique positive, court après le score, en vain (70-61). Effectivement, WVU domine la rencontre de la tête et des épaules et peut compter sur une adresse extérieure au rendez-vous (8/14 au final). Finalement, après avoir mené pendant 40 minutes (!), West Virginia s’impose logiquement 83 à 71.

Encore une fois, les Mountaineers ont montré à quel point ils pouvaient être dangereux. Emmenés par une défense capable de provoquer énormément de pertes de balle et par une attaque qui ne repose pas sur un seul joueur, ils pourraient devenir un calvaire pour leur prochain adversaire, #1 Gonzaga.