Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : autzenzoo.com)

#3 Oregon surclasse #14 Iona

#3 Oregon a réussi son entrée dans la compétition avec une victoire imposante contre #14 Iona la nuit dernière. Certes, les Gaels étaient bien plus faibles, mais les Ducks ont été dominants dans tous les secteurs du jeu et n’ont jamais laissé le moindre espoir à leurs adversaires une fois la machine lancée. Un sérieux message envoyé à leurs adversaires pour la suite du tournoi. “No Chris Boucher, no problem”, en somme.

Les Ducks ont pu compter sur leurs go-to-guys tout au long de la rencontre, à commencer par Tyler Dorsey, auteur d’une énorme performance hier soir à 24 points (9-13) et 5 rebonds. Son acolyte des lignes extérieures Payton Pritchard l’a bien suppléé avec 18 points (7-11), 2 rebonds et 3 interceptions. A noter également la copie presque parfaite rendue par Jordan Bell dans la raquette : 17 points (7-8) et 12 rebonds en 23 minutes seulement. A l’image de ces trois joueurs, les Ducks ont été particulièrement adroits hier soir, 55.6% de réussite et 39% à 3-points. Ils ont également été très dominateurs avec 38 rebonds contre 28 à leurs adversaires qui n’ont que surnagé dans cette rencontre.

Malgré les 22 points (10-17) et 12 rebonds de Jordan Washington, les Gaels ont eu beaucoup de difficulté à trouver leur rythme. Résultat, une adresse qui en pâtit (43%) à l’image de Deyshonee Much qui, malgré ses 15 points, n’a marqué que 5 de ses 14 tentatives. Si la défense de Iona a peu à peu pris l’eau au fil du match, on peut quand même noter l’apport défensif de Taylor Bessick à l’intérieur avec ses 5 contres.

Sans leur intérieur star Chris Boucher, blessé au genou, Oregon avait fort à faire pour combler cette absence. Dès l’entame de la rencontre, ce sont des Ducks déterminés qui se présentent sur le parquet de Sacramento. Après 5 minutes pour jauger Iona, ils accélèrent une première fois et prennent 8 points d’avance déjà (14-6) après 5 minutes de jeu. Mais très vite, les Gaels reviennent à la charge, bien décidés à forcer leur destin pour accéder au deuxième tour. Ils assènent un 10-2 aux Ducks en milieu de première période et reviennent à 28-29. Il n’en faut pas plus pour réveiller l’orgueil des hommes de Dana Altman qui durcissent leur défense pour contraindre les Gaels à ne marquer que 9 points sur les 8 dernières minutes de la première période. De l’autre côté, les Ducks profitent de cette occasion pour creuser l’écart avec un mouvement de balle fluide comme à l’heure habitude et une sélection de tir intelligente.

A une minute du retour aux vestiaires, Jordan Washington donne une grosse frayeur aux Gaels en retombant mal sous le panier des Ducks, se tordant de douleur en tenant sa jambe gauche. Il est finalement revenu en début de seconde période pour ses 20 dernières minutes en tant que Gael. A la pause, le match semble déjà joué malgré le combat livré par Iona (55-37). A 63% de réussite et seulement 3 pertes de balles, Oregon semble intouchable.

Au retour des vestiaires, les Ducks connaissent un petit passage à vide en ne marquant pas pendant 3 minutes, permettant à Iona de réduire l’écart sous la barre des 20 points à 15 minutes du terme (65-47). Pas de quoi inquiéter Oregon, qui maîtrise sa fin de rencontre en se préservant pour les tours suivants. L’écart se réduit peu à peu tout au long de la période mais Oregon garde Iona hors de portée tout en baissant d’intensité pour ne pas fatiguer les joueurs qui pourraient bien avoir encore plusieurs matchs à jouer. Les Ducks réalisent finalement le match parfait en comblant l’absence de Boucher collectivement, en envoyant un message à tous leurs potentiels adversaires, et en gérant la fin de match pour garder de l’énergie. Résultat final : 93-77 et une rencontre maîtrisée de bout en bout par des Ducks dominateurs, Dana Altman à la baguette.

Dylan Ennis réagit à leur capacité de réaction sans leur meilleur joueur à la fin de la rencontre :

Qu’il soit sur le banc ou sur le terrain, c’est la même chose au niveau de l’alchimie. Il n’est pas physiquement là mais il fait tellement partie de l’équipe en nous encourageant. Evidemment, ne pas l’avoir, c’est différent. Si on reste tous actifs en défense, nous pouvons espérer combler son absence.

Chris Boucher, blessés aux ligaments croisés en demi-finale du tournoi de conférence Pac-12, devra continuer de se contenter de son rôle de cheerleader, qu’il joue avec autant d’entrain que sur le terrain, pour les prochains matchs de ses coéquipiers, à commencer par Rhode Island dimanche pour une place au Sweet Sixteen.

Plus de lecture ?
UConn revient aux sources avec un retour en Big East et “abandonne” le football