Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit Photo : Kevin Jairaj, USA TODAY Sports)

#3 Baylor se défait de #14 New Mexico State en seconde période

Malheureusement, New Mexico State ne remportera pas une nouvelle fois un match de March Madness, ce qu’ils attendent depuis 1993, une éternité. Face à Baylor, ils étaient pourtant bien partis pour créer un upset dantesque. Effectivement, les 20 premières minutes furent à leur avantage (40-38), grâce notamment à une belle adresse extérieure. Cependant, la deuxième mi-temps leur a été fatale, car en face, les Bears ont artillé de tous les côtés pour finalement s’imposer 91 à 73 et battre le record de l’université en terme de points inscrits sur un match de la “Big Dance”.

En revanche, comme on pouvait le penser, ce n’est pas le cinq majeur qui était en grande forme, mais bien le banc. Baylor a en effet pu compter sur l’imprévisible Al Freeman (21 points et 5 rebonds) et le surprenant Terry Maston (19 points à 9/12 et 9 rebonds). De l’autre côté pour New Mexico State, Ian Baker compile 19 points et 5 passes malgré un important déchet au shoot (6/18) à l’image de Braxton Huggins (19 points à 7/15). Mais c’est surtout le collectif qui a craqué au fur et à mesure que l’adversaire a enchaîné les coups de collier.

Le match démarre de la meilleure des façons pour New Mexico State. Baylor additionne les pertes de balles (12 au final) et Johnathan Motley se voit bloquer par une défense intérieure au rendez-vous (11-3). Cependant, les hommes de Scott Drew réagissent très vite en réglant la mire. Ainsi, ils inscrivent six paniers consécutifs et infligent un 13-2 pour passer devant (18-17). À partir de ce moment-là, les deux programmes ne se lâchent plus d’une semelle et se rendent coup pour coup.

Bien que le jeu soit haché par les nombreuses balles perdues, les Aggies profitent du faux rythme imposé pour désorienter les Bears. Ces derniers sont d’ailleurs perdus en défense, passant d’une défense de zone à une individuelle entre chaque possession. Qui plus est, les pensionnaires de la WAC sont en feu longue distance, ce qui leur permet de prendre les commandes juste avant la pause (40-38).

Mais au retour sur le parquet, la donne change de camp au bout de quelques secondes puisque Baylor repasse devant rapidement au tableau d’affichage (47-44). Effectivement, les Bears sont intraitables et assomment New Mexico State par le biais des titulaires qui ont retrouvé leurs jambes. Cependant, ils ne monopolisent pas pour autant le ballon, mais préfèrent jouer avec le moins de dribbles possibles pour prendre de vitesse la défense adverse. Cela se ressent au score, car les membres de la Big 12 s’envolent (68-48).

Les Aggies sont à l’agonie et ne reviendront plus malgré quelques sursauts les ramenant à une douzaine de points. Finalement, ils s’inclinent 91 à 73 et peuvent regretter de ne pas avoir pu s’accrocher le plus longtemps possible pour espérer s’imposer en fin de match. En revanche, du côté de Baylor, Scott Drew peut être fier du sursaut d’orgueil de ses joueurs bien que la première mi-temps soit à oublier. Les Bears accèdent enfin au second tour après des années 2015 et 2016 ponctuées d’éliminations prématurées. Ils tenteront en effet de se qualifier pour le Sweet Sixteen face à #11 USC qui a créé l’upset contre #6 SMU.

Plus de lecture ?
NBA Draft 2019 : malgré un parcours chaotique, Cody Martin (Nevada) est récompensé