Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : John Minchillo-Associated Press)

“In The Zone” : Grant Williams (Tennessee) en patron, mieux vaut tard que jamais

La March Madness, rendez-vous tant attendu des fans de basketball universitaire, a démarré. Stars en devenir, futur lottery pick ou facteur X, pour créer l’upset ou assurer une qualification, retrouvez le récit de la performance individuelle de la soirée dans In The Zone.

 

Alors que le match entre Tennessee et Iowa semblait complètement plié dès la première mi-temps, Grant Williams a dû enfiler sa cape de super-héros pour éviter, finalement, ce qui aurait pu devenir le plus large comeback de l’histoire de la March Madness.

Mais avant que Grant Williams ne prenne les choses en main, Admiral Schofield était “dans la zone” en première mi-temps pour mettre son équipe dans la bonne direction en début de partie.

Le très énergique arrière senior est un habitué des « coups de chaud ». On se rappelle évidemment de son chef d’œuvre face à l’un des favoris du tournoi, Gonzaga, en décembre dernier où il a fini avec 30 points et un 6/10 derrière l’arc.

C’est justement sur cette tendance que le natif de Zion (Illinois) va débuter le Second Round, en transformant les deux premières possessions de son équipe en tirs à trois. Il en inscrira d’ailleurs un autre au cours de la première mi-temps pour rentrer aux vestiaires à 17 points.

En dominant dans tous les compartiments du jeu, Tennessee se pose à ce moment-là avec 25 points d’avance.

 

Et puis, Iowa inverse la tendance

 

On a tous cru à la reprise que ce match était fini.

Seulement avec la magie des matchs couperets de la March Madness, les équipes en difficulté ont souvent l’orgueil de se dire qu’ils n’ont rien à perdre à tenter le tout pour le tout. Et c’est bien ce qu’il s’est passé ici.

Le héros de la première mi-temps, moins en réussite (1/6 en seconde période) et gêné par des problèmes de fautes, doit assister du banc à la remontée spectaculaire des Hawkeyes menée par Isaiah Moss et Jordan Bohannon, qui trouvent tous les deux les moyens de dégainer à 3-points pour revenir plus vite.

Lors du le temps réglementaire, Iowa n’a jamais mené mais égalise à deux reprises. Un exploit qui aurait pu faire date avec la victoire au bout, car, rappelons-le ils accusaient un retard de 25 points à la pause.

Pour autant, les deux équipes se retrouvent quand même à jouer une prolongation.

Le très costaud arrière de Tennessee réalise jusque-là un match habituel pour ses standards : 13 points au terme du temps règlementaire avec un bon pourcentage de réussite, une défense solide dont un énorme block à deux mains à 2 minutes de la fin. Comme d’habitude, il utilise son énorme QI basket pour trouver ses coéquipiers « ouverts » ou encore capter des rebonds tout en puissance grâce à ses très bonnes mains.

 

Et quid de Grant Williams dans tout cela ?

 

Mais c’est surtout en prolongation que le joueur originaire de Caroline du Nord, doublement nommé joueur de l’année de la conférence SEC, illustre tout son savoir-faire.

De façon assez incroyable, la fin de match et la prolongation se jouent sans Admiral Schofield, héros de la première mi-temps, qui refuse de rentrer en jeu et préfère laisser Kyle Alexander sur le terrain. Celui-ci réalise alors un très bon travail (8pts & 9reb). Les Volunteers sont en effet très altruistes, on ne produit pas une telle saison sans ce genre de qualités.

C’est donc à Grant Williams d’emmener les siens au Sweet 16. Il est hors de question d’être sorti à ce stade de la compétition, comme l’an passé, face à Loyola-Chicago.

Pour ce faire, il est à l’origine de 9 des 12 points inscrits par les Volunteers dans un overtime qui débute par un 7-0. En inscrivant 2 lancers-francs cruciaux, deux autres paniers et surtout en servant Jordan Bone à 3-points, il anéantit les espoirs des Hawkeyes.

Grant Williams finit la partie avec une ligne de statistiques impressionnante : 19 points (6 en OT) à 7/13, 7 rebonds, 5 passes, 4 interceptions et 3 contres.

Il est entré “dans la zone” tardivement, mais l’essentiel réside bien dans cette qualification au Sweet 16 pour retrouver les Boilermakers de Purdue dès jeudi.

Plus de lecture ?
Tyrese Maxey Kentucky vs Michigan State Champions Classic 2019
MoC Top 25, Week 2 : Kentucky prend la tête, Florida s’effondre