Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !

Quel visage pour la Southland en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence Southland, de Abilene Christian à Texas A&M-CC, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en conférence Southland à cette adresse.

Les équipes fortes de la Southland ?

 
Stephen F. Austin Lumberjacks
 

Retour sur la saison de Stephen F. Austin en Southland :

28 victoires pour 3 défaites – 19 victoires pour 1 défaite.

  • 80.6 points de moyenne inscrits, 37.4 rebonds captés, 15 passes décisives délivrées et 67 points encaissés de moyenne ;
  • 4 apparitions en March Madness, 2 lors des tournois post-season pour un record de deux victoires pour quatre défaites ;
  • #1 en saison régulière dans la conférence Southland ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Kevon Harris avec 17.5 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Duke (85-83, OT) ;

Défaite(s) notable(s) : Rutgers (69-57), Alabama (78-68) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Houston Baptist (96-68), McNeese State (81-73), Southeastern Louisiana (82-71), New Orleans (87-68), Texas A&M CC (73-72), Central Arkansas (77-76), Incarnate Word (80-56), Northwestern State (69-62), Lamar (70-62), Abilene Christian (71-61), Sam Houston State (81-76), Nicholls State (70-64), New Orleans (81-74), Texas A&M CC (75-67), Central Arkansas (83-68),Incarnate Word (80-56), Northwestern State (90-56), Lamar (95-76), Abilene Christian (77-72), Sam Houston State (68-67) ;

Quelques chiffres clés : 53.3% d’efficacité aux tirs (31ème équipe du championnat), 37.3% des rebonds sont offensifs (3ème équipe du championnat), 37.4% à trois points (19ème équipe du championnat), 52.3% à deux points, 69.7% sur la ligne des lancers francs (223ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Stephen F. Austin :

Deandre Heckard (redshirt junior, arrière) : transfuge en provenance de JUCO (Tyler Junior College) où il affiche une moyenne de 9.6 pointes 4.2 passes ;

Jaylin Jackson-Posey (freshman, meneur de jeu) : prospect 3* en provenance de Grand Prairie (Texas) ;

Nigel Hawkins (junior, meneur de jeu) : transfuge en provenance d’UTSA, où il affichait une moyenne de 4.5 points, 2.4 rebonds et 2.1 passes ;

Kharee McDaniel (redshirt freshman, meneur de jeu) : lauréat du Guy V. Lewis Award en 2019, rejoignant De’Aaron Fox et Justice Winslow entre autres dans cette longue liste de récompense. 18.4 points, 3.1 passes et 2.1 interceptions de moyenne au lycée. Redshirt la saison dernière ;

Nana Antwi-Boasiako (freshman, ailier-fort) : recordman de contres de son lycée sur une saison lors de sa année de junior avec 164 contres. 

Demiere Brown (redshirt junior, arrière) : transfuge en provenance de JUCO (Kilgore College) où il affichait une moyenne de 13.2 points et 7.3 rebonds.

Le joueur à suivre de très près :

Gavin Kensmil (senior) : 11.8 points, 6.8 rebonds et 1.6 passes de moyenne.

Difficile de ne pas parler de SFA sans mentionner l’upset historique sur le parquet de Duke la saison dernière, après prolongation. Dans ce match, on a parlé du layup victorieux, mais pas du commencement de cette action, avec la défense puis Gavin Kensmil qui se bat au sol pour avoir ce ballon avant de faire la passe déterminante à son coéquipier… Ce même intérieur qui permet à son équipe d’égaliser dans les ultimes secondes du temps règlementaire, sur une offrande d’un coéquipier, pour ensuite pousser cette prolongation avec une action défensive. Oui, aujourd’hui, je mets en avant un joueur de l’ombre mais ô combien important dans le jeu des Lumberjacks.

Pourtant, le début de carrière universitaire de Gavin fut assez délicat. Il décide de rejoindre Iona pour son cursus post-High School, mais il ne parvient pas à se faire une place, avec certes des apparitions sur chaque match, mais un temps de jeu qui est plus que réduit. Sans perdre de temps, il part pour le Junior College et Navarro College, l’une des powerhouse au Texas. Après seulement une saison, avec des statistiques plus qu’honorables (14.5 points et 6.5 rebonds), certains programmes de division I viennent vers lui, mais c’est bien Stephen F. Austin qui remporte le dossier.

Dès ses débuts, il obtient une place dans le cinq majeur et deviendra un titulaire indiscutable à son poste. Il a effectué six doubles-doubles sur la saison, avec notamment une performance XXL contre Arkansas State, avec 20 points et 15 rebonds. Gavin Kensmil est ce genre d’intérieur qui se met au service de son équipe, en se concentrant sur ses tâches défensives, tout en étant récompensé par ses coéquipiers sur les situations de pick and roll. Dans le système propre de SFA, il est important d’avoir un intérieur de devoir, qui est là pour faire des écrans mais qui doit aussi apporter de la densité physique, notamment sur les phases offensives en zone. Il sert de point d’ancrage pour que les extérieurs puissent évoluer plus sereinement. Un coéquipier-modèle, un joueur de devoir, comment ne pas aimer ce genre de prospect ?

Le cinq majeur possible :

Nigel Hawkins (junior) : 4.5 points, 2.4 rebonds et 2.1 passes de moyenne (UTSA) ;

Rotarius Ware (senior) : 9.5 points, 2.8 rebonds et 1.9 passes de moyenne ;

Cameron Johnson (senior) : 11.4 points et 3.8 rebonds de moyenne ;

Calvin Solomon (sophomore). : 3 points et 4.3 rebonds de moyenne ;

Gavin Kensmil (senior) : 11.8 points, 6.8 rebonds et 1.6 passes de moyenne.

Présentation de la saison de Stephen F. Austin en Southland :

L’exercice précédent fut tout simplement incroyable pour Stephen F. Austin, entre la saison quasi parfaite lors des matchs de conférence, un bilan général qui frôle les 30 victoires, le tout avec cet upset retentissant, historique sur le parquet de Duke. Les planètes étaient alignées pour les Lumberjacks.

Mais voilà, la crise sanitaire est arrivée, mettant un stop à ce fabuleux exercice et surtout, aux départs de certains cadres comme Kevon Harris, John Comeaux ou encore le héros de Duke, Nathan Bain. Heureusement, il reste des joueurs expérimentés, certes la plupart étaient des seconds couteaux, mais on pourra compter cette saison encore sur SFA !

Le fait d’avoir Nigel Hawkins éligible dès cette saison est un atout majeur, lui qui apportera un petit peu d’expérience sur ce poste. Idem pour Demiere Brown, qui sort d’une saison solide en JUCO, et qui va avoir des responsabilités en attaque assez rapidement, dans un rôle de sixème homme vraisemblablement. Trois retours primordiaux à noter, en la personne de Gavin Kensmil mais aussi « Roti » Ware, la gâchette de SFA l’an dernier, celui qui dégaine plus vite que son ombre, qui aura encore les tickets shoots pour lui. N’oublions pas l’option numéro une en la personne de Cameron Johnson, qui est un arrière très athlétique, qui est attiré naturellement par le cercle. Il aime agresser et se frotter aux intérieurs adverses, mais il est aussi actif aux rebonds, son physique lui permettant de prendre de grappiller des ballons avec aisance. Avec ce trio, SFA est plutôt bien armé. Calvin Johnson va connaître, sauf surprise, un rôle de titulaire cette saison et quand on voit son apport sur sa saison de freshman, avec un temps de jeu limité, et se frotte les mains pour cet exercice ! Il soulagera un peu Kensmil sur le plan défensif.

La belle surprise pour SFA se situe peut-être sur le banc, avec le redshirt freshman Kharee McDaniel. Voyant la concurrence trop importante et dans l’intérêt de son joueur, le staff a décidé de le redshirt la saison dernière, pour qu’il ne perde pas une année, le tout en se développant aux entrainements et à la salle de musculation. Il est clairement prêt pour sa première saison en College Basketball et son profil, très offensif, convient parfaitement à celui de son équipe.

Stephen F. Austin est une équipe vraiment attrayante, qui pratique un jeu up-tempo, avec cette philosophie de jeu qui est : on veut marquer le plus rapidement possible, et le plus souvent. Mais attention, on est loin d’une équipe qui dégaine un tir sans construction autour, où un tir sur deux joueurs. Non, on agresse le cercle, notamment grâce à une défense ultra productive, qui fait perdre de nombreux ballons à l’adversaire. Le jeu en transition est roi et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela marche pluton bien… Même sur le plan national ! Les joueurs adhèrent à cette philosophie, avec ce sens du sacrifice pour autrui.