Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !

Quel visage pour la Horizon League en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la Horizon League, de Cleveland State à Youngstown State, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Horizon League à cette adresse.

Les équipes fortes de la Horizon League ?

 
Wright State Raiders
 

Retour sur la saison de Wright State en Horizon :

25 victoires pour 7 défaites – 15 victoires pour 3 défaites.

  • 80.9 points de moyenne inscrits, 40 rebonds captés, 14.1 passes décisives délivrées et 70.9 points encaissés de moyenne ;
  • 2 apparitions en March Madness pour un record d’aucune victoire pour deux défaites ;
  • #1 en saison régulière dans la conférence Horizon, défaite en 1/2 finale du tournoi de conférence contre UIC (73-56) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Loudon Love avec 15.9 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Toledo (79-72), Western Kentucky (76-74) ;

Défaite(s) notable(s) : La Salle (72-70), Indiana State (84-77, OT) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : Green Bay (90-84), Milwaukee (82-70), Oakland (96-69), Detroit (70-69), IUPUI (84-70), Illinois Chicago (76-72), Cleveland State (75-62), Youngstown State (79-72), Northern Kentucky (95-63), Milwaukee (65-61), Green Bay (92-89), Detroit (98-86), Oakland (83-71), Illinois Chicago (75-58), IUPUI (106-66), Youngstown State (88-70), Cleveland State (81-74, OT), Northern Kentucky (64-62) ;

Quelques chiffres clés : 35.5% à trois points (58ème équipe du championnat), 49.9% à deux points, 67.1% sur la ligne des lancers francs (296ème équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Wright State :

Andrew Welage (freshman, arrière) : sort de Greensburg High School, où il affichait une moyenne de 21.3 points et 6.3 de rebonds ;

Andre Harris (redshirt freshman, arrière) : redshirt la saison dernière. 13 points, 7 rebonds, 4 passes et 2 interceptions de moyenne au lycée ;

Alex Huibregtse (freshman, arrière) : affichait une moyenne de 24.2 points , 7.2 rebonds et 4.4 passesen senior au lycée, avec plus de 47% à trois points ;

Brandon Noel (freshman, ailier-fort) : 16 points et 8 rebonds de moyenne au lycée ;

Tim Finke (redshirt sophomore, arrière) : transfuge en provenance de Grand Canyon où il affichait une moyenne de 3.5 points et 2.9 rebonds de moyenne. Redshirt la saison dernière suite à ce transfert.

Le joueur à suivre de très près :

Loudon Love (redshirt senior) : 15.9 points et 9.7 rebonds de moyenne.

Loudon Love, c’est le type de joueur que chaque coach universitaire / professionnel rêve d’avoir dans son équipe. Un intérieur physique, qui est un aspirateur à rebond, une machine à double-double de moyenne, et qui est efficace avec très peu de ballons (avec très peu de déchets).

Love est avant tout un rebondeur hors pair, l’un des meilleurs de notre championnat. Il est très actif dans ce domaine, offrant des libertés à ses coéquipiers qui ne sont pas dans l’obligation de jouer les rebonds défensifs, se projettent plutôt vers l’avant. C’est aussi un joueur hyperactif sur les rebonds offensifs. Son activité et son sens du rebond / anticipation lui permet de gratter quasiment quatre rebonds offensifs de moyenne, en étant dans le top 10 des joueurs championnat dans ce secteur. Plutôt solide !

D’ailleurs, il n’est pas loin de la barre des 900 rebonds en carrière et sauf cataclysme, il deviendra le meilleur joueur de l’histoire de Wright State dans ce domaine pour sa dernière année en College Basketball.

Offensivement, cela vaut quoi concrètement ? Malgré un physique un peu « nonchalant » dira-t-on, c’est un faux lent. Il excelle dans les situations de pick and roll et il est vraiment bon pour se faire oublier par la défense adverse (sur jeu placé), avec un placement idéal pour recevoir un caviar de son coéquipier… Son jeu sans ballon est un modèle du genre !

Là où il est vraiment au-dessus de la concurrence, c’est bien dos au panier. Finition main droite / gauche, panoplie de feintes de corps / d’appuis ainsi qu’une finition propre et avec un vrai touché… C’est le prototype de l’intérieur post-scoreur. Dans la conférence, il est comme un poisson dans l’eau, très peu d’équipes peuvent défendre en un contre un et donc cela vient faire des prises à deux au poste. Cependant, c’est souvent un peu trop tard avec le prospect qui anticipe bien, ou alors, il s’en fiche complètement et va finir quand même près du cercle. Des doutes subsistent sur sa capacité à défendre, c’est un faux lent donc contre des intérieurs plus athlétiques, il est en rapidement difficulté. Là encore, dans l’Horizon League, il n’a pas ce genre de profil en face, du moins des « stars » donc difficile aussi de juger.

Loudon Love, s’il ne trouve pas de franchise NBA, fera une très belle carrière en Europe, c’est assuré. Un prospect de son profil, dans ce basket moderne, c’est rare… Et qui dit rare, dit convoité !

Le cinq majeur possible :

Treyvon Calvin (sophomore) : 4.8 points et 2.1 rebonds de moyenne;

Jaylon Hall (redshirt junior) : 7.8 points, 3.5 rebonds et 2.9 passes de moyenne ;

Tanner Holden (sophomore) : 11.8 points, 6.5 rebonds et 1.6 passes de moyenne ;

James Manns Jr. (redshirt junior) : 5.7 points et 1.8 rebonds de moyenne ;

Loudon Love (redshirt senior) : 15.9 points et 9.7 rebonds de moyenne

Présentation de la saison de Wright State en Horizon :

Wright State sera encore le favori dans l’Horizon League cette saison, pour la simple et bonne raison que l’effectif est quasiment le même que celui de l’année dernière. Six des huit meilleurs marqueurs sont de retour, avec Loudon Love en tête d’affiche, qui a une saison historique en ligne de mire. Il va être en mission et les intérieurs de la conférence n’ont pas hâte de rencontrer Wright State, c’est certain…

Ce n’est pas le seul joueur à surveiller qui est de retour sur le campus. L’excellente surprise de l’exercice précédent, le freshman Tanner Holden, est bien présent. C’est un joueur très complet offensivement, et s’il devient encore plus adroit à longue distance, il deviendra  innaretable et pourrait devenir le meilleur marqueur de l’histoire du programme dans le futur. Preuve du talent certain du prospect. Les suiveurs sont unanimes sur ce sujet et des échos que l’on peut avoir, il a bossé dur pendant cette intersaison, malgré la crise sanitaire. Attention à l’explosion, on vous aura prévenu. Ce duo portera l’équipe cette saison, mais il y a une flopée de joueurs secondaires qui sont tout aussi importants.

On pense à Grant Basile, le redshirt sophomore, qui ressemble fortement au profil de Love. D’ailleurs, ce dernier l’a pris sous son aile et on a hâte de voir les progrès du jeune joueur cette saison. Idem pour James Manns Jr, qui lui est plus un scoreur dans l’âme, qui aime bien s’écarter. Il sera titulaire au poste 4 sauf surprise, ce qui permettra d’avoir Love vraiment en point d’ancrage à l’intérieur, lui laissant de l’espace pour être encore plus productif.

Toutefois, il y a deux points d’interrogation pour Wright State sur cet exercice. La première, c’est la profondeur de banc. Seulement 11 joueurs sous bourse (Andy Neff, poste 4, est walk on), il faut donc éviter les blessures le plus possible, surtout quand vous avez quatre freshmen dans l’effectif, qui ont certes du talent, mais besoin de temps pour se développer correctement. De toute façon, Wright State est jeune, Love étant le seul senior du groupe (8 joueurs sont freshmen ou sophomore). Cela risque de poser problème, sauf si les premières années arrivent à passer rapidement la transition High School -> College Basketball.

La deuxième, c’est le manque probable d’adresse à longue distance. Heureusement, le recrutement de Tim Finke va faire du bien, mais il reste l’un des seuls shooteurs à proprement dit de l’effectif… Il va falloir trouver une ou deux options supplémentaires, et cela viendra peut-être des freshmen. Affaire à suivre. En tout cas, Wright State sera à suivre cette saison encore, avec un groupe jeune, un Loudon Love au sommet de son art et un Tanner Holden qui va surfer sur son excellente saison de freshman (on l’espère). Oui, Wright State va proposer du beau jeu !