Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !

Quel visage pour l’Atlantic Sun en 2020-21 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence Atlantic Sun, de Florida Gulf Coast à Stetson, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2020-21 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Atlantic Sun à cette adresse.

Les équipes fortes de l’Atlantic Sun ?

 
Liberty Flames
 

Retour sur la saison de Liberty en Atlantic Sun :

30 victoires pour 4 défaites – 13 victoires pour 3 défaites.

  • 68.2 points de moyenne inscrits, 33.5 rebonds captés, 13.1 passes décisives délivrées et 53.4 points encaissés de moyenne ;
  • 3 apparitions en March Madness pour un record de zéro victoire pour trois défaites ;
  • #1 en saison régulière dans la conférence A-Sun, victoire en finale du tournoi de conférence contre Lipscomb (73-57) ;
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Caleb Homesley avec 15.3 points de moyenne ;

Victoire(s) notables(s) : Akron (80-67), Towson (66-54), Vanderbilt (61-56), Grand Canyon (70-61) ;

Défaite(s) notable(s) : LSU (74-57) ;

Résultats lors des matchs de conférence (en gras les victoires) : FGCU (59-46), NJIT (65-38), North Alabama (63-52), Jacksonville (54-37), Lipscomb (67-60), North Florida (71-70), Stetson (48-43), Kennesaw State (83-45), FGCU (61-46), Jacksonville (71-62), North Alabama (74-56), North Alabama (74-56), NJIT (62-49), North Florida (82-77), Stetson (77-49), Kennesaw State (76-52), Lipscomb (77-71) ;

Quelques chiffres clés : 34.9% à trois points, 55.7% à deux points (6ème meilleure équipe du championnat), 71.4% sur la ligne des lancers francs, 5.8% des possessions qui se terminent par un contre (3ème meilleure équipe du championnat).

Les nouveaux visages de Liberty :

Chris Parker (senior, meneur de jeu) : transfuge en provenance de Henderson State (division II) où il affichait une moyenne de 15.3 points, 3.4 passes et 2.3 rebonds en 31 apparitions la saison dernière ;

Drake Dobbs (freshman, meneur de jeu) : l’une des priorités du coaching staff pour cette cuvée, avec Warfield. Vrai meneur de jeu old school dans son jeu ;

Isiah Warfield (freshman, arrière) : il arrive avec l’étiquette de meilleure recrue de l’histoire du programme ! Prospect classé 3* (frôle le 4*), proche du top 300 de la promotion de freshmen de cette saison. Un combo guard qui a refusé des offres de West Virginia, Pitt ou encore Indiana pour rejoindre Liberty ;

Marten Maide (redshirt freshman, arrière) : prospect qui a la nationalité estonienne, il a notamment défendu les couleurs de son pays lors des compétitions U18. Redshirt la saison dernière ;

Jonathan Jackson (freshman, ailier) : le frère de Justin Jackson, qui joue actuellement aux Mavs de Dallas. Même profil que son frère… ;

Micaiah Abii (freshman, pivot) : intérieur athlétique qui nous vient du Texas.

Le joueur à suivre de très près :

Elijah Cuffee (senior) : 7 points, 2.6 rebonds et 2.3 passes de moyenne.

Cinquième roue du carrosse depuis ses débuts à Liberty, derrière le trio indéformable de leaders en la personne de Scottie James, Caleb Homesley et Georgie Pacheco-Ortiz, puis du talentueux sophomore Darius McGhee (depuis la saison dernière), Elijah Cuffee n’a pas eu les spotlights sur lui durant son cursus universitaire. Cela tombe bien, ce n’est pas le genre de joueur qui a besoin de lumière ni de ballon pour se montrer efficace / important au sein d’un groupe. Mais cette saison, pour son ultime année, il va devoir quitter ce statut pour devenir un véritable leader sur le parquet, mais aussi en dehors.

Liberty va connaître une saison de reconstruction, avec des jeunes joueurs qui arrivent sur le campus. Des joueurs comme Elijah Cuffee, qui ont de l’expérience, sont rares dans l’effectif des Flames (seulement trois seniors, dont un qui arrive de division II). Ce sera à lui de montrer l’exemple pour ces jeunes pousses, qui sont vraiment intéressantes et qui ont un potentiel immense.

Cependant, le rôle de Cuffee ne se limitera pas à celui d’un mentor, non, ce serait trop facile. Il va devoir apporter un peu plus sur le parquet, notamment sur l’aspect offensif. C’est un joueur qui possède les qualités d’un pur 3&D. Il défend, dur, et il est adroit à longue distance. En somme, c’est un joueur primordial au sein d’une équipe qui joue plus que le titre de sa conférence. Liberty a le luxe d’avoir ce genre de joueur, capable de défendre sur le meilleur joueur en face, tout en se montrant aussi efficace en attaque, sur jeu placé. C’est sur ce point que l’on attend énormément le joueur. Il va devoir en faire un peu plus, passer régulièrement la barre de 10 points inscrits, voir plus, pour le bien de son équipe. Pourquoi ne pas agresser un peu plus le cercle par exemple, il est capable de cela. Il sera plus libre cette saison, donc on va voir comment il va réagir avec ce nouveau statut et les nouvelles responsabilités qui vont avec… Il a le potentiel pour devenir un joueur important pour son équipe, avec un avenir en Europe qui l’attend patiemment.

Le cinq majeur possible :

Chris Parker (senior) : 15.3 points, 3.4 passes et 2.3 rebonds de moyenne à Henderson State ;

Darius McGhee (junior) : 9.5 points, 4 rebonds et 1.7 passes de moyenne ;

Elijah Cuffee (senior) : 7 points, 2.6 rebonds et 2.3 passes de moyenne ;

Kyle Rode (sophomore) : 4.2 points, 2.3 rebonds et 1.1 passes de moyenne ;

Shiloh Robinson (sophomore) : 2.6 points et 1.7 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Liberty en Atlantic Sun :

Liberty a perdu ses trois leaders ainsi qu’un autre titulaire en cette intersaison, c’est donc une saison de transition qui attend les fans des Flames. Heureusement le recrutement, grâce aux bonnes saisons du programme tant au niveau de la conférence et sur le plan national, est vraiment solide sur le papier.

On commence par l’attraction Isiah Warfield, plus grosse recrue de l’histoire du programme, qui arrive sur le campus avec des énormes attentes sur ses épaules. C’est un prospect extrêmement adroit à trois points, qui possède un profil physique lui permettant de jouer sur les trois postes extérieurs sans difficulté. Un sixième homme de luxe pour cette saison, avant de prendre en main cette équipe de Liberty dans le futur. Son avenir est tout tracé. Drake Dobbs est aussi en lice pour une place de titulaire, lui qui est le seul véritable meneur de jeu de l’équipe. Il est déjà prêt pour les exigences du basketball universitaire et ce sera un prospect à surveiller de très près dans ce projet de reconstruction… Le backcourt avec Warfield est le futur visage du programme !

Chris Parker arrive en division I après un cursus plus que réussi en division II. Reste à voir s’il pourra rééditer ses performances à l’échelon supérieur, mais c’est une excellente addition pour le programme, en espérant qu’il prenne rapidement Dobbs sous son aile. Enfin, un petit mot sur l’intérieur Micaiah Abii, qui fracassera quelques cercles cette saison ! Lui aussi peut gratter des minutes, voir prendre une place dans le cinq majeur.

Le duo McGhee / Cuffee sera le duo de choc en ce début de saison. Les deux joueurs passent de joueurs de l’ombre à cadre de l’équipe. Concernant McGhee, il va devenir l’option numéro une offensivement, lui qui est avant-tout un shooteur d’élite. Les deux sophomores Kyle Rode et Shiloh Robinson débuteront dans le cinq majeur, mais la place n’est pas garantie, loin de là. On a pu voir Rode quelques fois la saison dernière, notamment quand Caleb Homesley s’est blessé. C’est un stretch 4 comme on en voit souvent en College Basketball, un peu allergique à se frotter aux intérieurs adverses. Robinson a été l’un des belles surprises la saison dernière, lui a qui on prédisait une saison de redshirt… Au final, 11 minutes de moyenne, avec un rendement plutôt efficace. Il sera en concurrence avec Blake Preston, qui a vécu dans l’ombre de Scottie James pendant l’intégralité de son cursus. Mais le post-scorer (exactement le même profil que James) aura son mot à dire, ENFIN, et on l’attend au tournant. Nul doute qu’il sera dans le cinq majeur selon l’adversaire en face.

De manière générale, cette jeune génération va devoir step-up rapidement histoire de pouvoir défendre la réputation de Liberty, qui depuis deux saisons, surpasse ses adversaires dans la conférence, avec 29 puis 30 victoires au compteur sur l’exercice ! Il y a un point d’interrogation avec le secteur intérieur, avec aucune hiérarchie établie pour ce début de saison. Dans l’A-SUN, cela passera sauf cataclysme, par contre, sur le plan national, ce sera une autre histoire. Mais avec Liberty, on ne sait jamais !