Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

Quel visage pour l’Atlantic Sun en 2019-20 ?

Le guide ultime des Mid-Majors s’intéresse évidemment aux universités de la conférence Atlantic Sun, de Florida Gulf Coast à Stetson, pour conclure la série de #CBBPreviews avant la saison 2019-20 de basketball universitaire.

Notre spécialiste, Julien, s’est attelé depuis de longs mois à la création d’un guide unique et original qui regroupe des dizaines de présentations plus pointues les unes que les autres. Il y décortique les universités qu’il faut absolument connaitre avant cette nouvelle saison au sein des Mid-Majors.

Découvrez l’ensemble du calendrier de rencontres en Atlantic Sun à cette adresse.

Les équipes fortes de l’Atlantic Sun ?

 
Qui jouera le titre en Atlantic Sun ?
Liberty Lipscomb Florida Gulf Coast
 

Quels joueurs faudra-t-il suivre en Atlantic Sun ?

 
Les joueurs majeurs en Atlantic Sun ?
Scottie James Liberty Caleb Homesly Liberty
 

La saison des Bisons de Lipscomb :

Déroulez :
  • 83.1 points de moyenne inscrits, 37.2 rebonds captés, 17.7 passes décisives délivrées et 70.2 points encaissés de moyenne.
  • #2 en saison régulière dans la conférence A-Sun, défaite en finale du tournoi de la conférence face à Liberty (74-68).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Garrison Matthews avec 20.9 points de moyenne.

Retour sur la saison de Lipscomb :

29 victoires pour 8 défaites – 14 victoires pour 2 défaites en conférence A-Sun.

La saison dernière était une saison spéciale pour Lipscomb.

Il s’agissait de la dernière de leur idole, Garrison Matthews, ainsi que de ses lieutenants qui le suivent depuis 4 ans (on pense à Kenny Cooper ou encore Rob Marberry). Les espérances étaient immenses pour les Bisons, qui voulaient goûter à la March Madness avant les prochains exercices qui s’annoncent délicats.

D’une manière générale, la saison de Lipscomb fut excellente… malgré la non-qualification à la March Madness. La faute au nouvel arrivant, Liberty.

Le bilan global est satisfaisant avec des victoires de renom en première partie de saison : SMU (79-73), TCU (73-64), Middle Tennessee State (84-74) et Vermont (91-66). Il y a aussi eu des petits accidents de parcours : double confrontation contre Belmont, un match à Louisville et un à Clemson, tous qui se soldent par une défaite, mais avec les honneurs.

Oui, Lipscomb a débuté les matchs de conférence A-Sun avec 11 succès consécutifs. Ainsi, seulement 2 revers lors de la 2ème partie de saison. Le premier intervient le 13 février, à domicile, contre le leader de la conférence Liberty (74-66). Le secteur intérieur a fait défaut sur ce match et il faut dire que Liberty possède la meilleure paire d’intérieurs de la conférence. L’autre intervient sur le parquet de FGCU. Il est toujours difficile de prendre un match chez les Eagles, et les Bisons sont tombé dans le piège (67-61).

Les Bisons débutent le tournoi de conférence avec le seed #2. Les deux premiers matchs n’offrent pas beaucoup de résistance contre Kennesaw State puis NJIT. Place à la finale, contre Liberty.

Physionomie identique que lors de la défaite en saison régulière : Garrison Matthews est bien muselé par une défense très agressive et le secteur intérieur des Flames déroule. Scottie James réalise un boulot monstre et les Bisons, hormis Rob Marberry et Kenny Cooper, n’ont pas de solution en attaque. Liberty peut compter sur un cinq majeur ultra-productif et le résultat est là : une nouvelle défaite (cruelle) pour Lipscomb.

Et il s’avère que Lipscomb jouera à fond le NIT : Davidson, UNC Greensboro, NC State et Wichita State en font les frais et les Bisons arrivent jusqu’en finale du NIT !

Là, à bout de souffle, la finale face à Texas tourne vite court. Les Longhorns possèdent plus de rotations, un secteur intérieur productif et le résultat est sans appel : défaite sur le score de 81 à 66.

Fin de cursus universitaire pour l’un des meilleurs marqueurs des Mid-Majors, Garrison Matthews. Un cursus complet.

Les nouveaux visages :

K.J. Johnson (Freshman, meneur) : bon, ne tournons pas autour du pot 30 ans : vous tenez l’un de mes nouveaux poulains. C’est un meneur gaucher, très à l’aise ballon en main et qui est adroit à longue distance. Le futur visage du programme, tout simplement.

Jaxson Strates (Redshirt Freshman, ailier-fort) : intérieur très longiligne, il possède une envergure incroyable mais il manque encore un peu de physique et il devra bosser dur pour avoir des minutes. Un stretch 4 qui peut apporter un peu d’adresse à longue distance en sortie de banc.

Kaleb Coleman (Freshman, ailier) : l’attraction numéro une de cette promotion de freshmen à Lipscomb. Prospect 3-étoiles, le natif d’Orlando et ancien joueur du célèbre lycée de Oak Ridge arrive avec un certain statut. Long, agressif vers le cercle, il est aussi une menace offensif sur catch and shoot.

Carson Cary (Freshman, meneur) : il arrive sur le campus avec le statut de walk-on et sera donc sparring-partner cette saison.

Parker Hazen (Junior, ailier-fort) : ancien joueur de Valparaiso, il vient de terminer un cursus en JUCO. Joueur dur au mal, il affichait une moyenne de 8.5 pointes 6.7 rebonds en Junior College.

Tanner Shulman (Freshman, arrière) : ce n’est pas la recrue la plus connue de la promotion, en provenance d’un petit lycée de Chattanooga. Une probable première année d’apprentissage, surtout avec la concurrence.

Jacob Hobbs (Freshman, ailier-fort) : joueur polyvalent, pouvant jouer poste 3 et 4, il s’est distingué lors du Adidas Gauntlet. Un excellent sens du rebond et aime attaquer le cercle adverse.

Miles Miller (Redshirt Freshman, meneur) : après une saison à Ole Miss, le prospect a rejoint Lipscomb avec la promesse d’un temps de jeu adéquat. Enfin éligible cette saison et apportera un peu son expérience du haut niveau.

Luke Howard (Freshman, ailier-fort) : intérieur long, athlétique et bosseur, il a encore du travail à faire sur son apport offensif, mais il apportera toute son énergie et sa défense en sortie de banc.

Le(s) joueur(s) à suivre de très près :

Kaleb Coleman et K.J. Johnson (freshmen).

On va changer la donne pour Lipscomb : il n’y a pas un seul joueur à suivre en particulier… mais plutôt un duo. Oui, un duo de freshmen en la personne de Kaleb Coleman et K.J. Johnson.

Ces deux-là seront, à mon humble avis, le visage des Bisons durant les 4 prochaines saisons. Peut-être pas dès cette saison, mais, après cette première année d’adaptation.

Il faudra tout de même faire attention aux Bisons dès cette saison puisque l’effectif est renouvelé de moitié (un peu plus) et les cartes seront redistribuées. C’est une aubaine pour nos freshmen, qui pourront lutter pour une place dans le cinq majeur dès leur début universitaire.

K.J. Johnson est un prospect tellement talentueux qu’il m’a tapé dans l’œil très rapidement. Un meneur gaucher, métronome, un peu old school avec une petite touche flashy. Kaleb Coleman est plutôt un joueur all-around, capable de tout faire sur un parquet, et il peut rapidement devenir le leader du programme.

Rien que pour ce duo, Lipscomb sera attractif cette année.

Le cinq majeur possible :

K.J. Johnson (Freshman) : D.N.P, High School.

Michael Buckland (Senior) : 5.7 points, 2.8 rebonds et 2.3 passes de moyenne.

Kaleb Coleman (Freshman) : D.N.P, High School.

Parker Hazen (Junior) : D.N.P, JUCO.

Ahsan Asadullah (Redshirt Sophomore) : 7.4 points et 4.6 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Lipscomb :

L’équation est simple : seul Ahsan Asadullah est de retour du cinq majeur de la saison dernière. Le pivot, auteur d’une bonne saison, risque d’avoir un peu plus de ballon cette saison, pour notre plus grand bonheur.

Condamné à des miettes depuis 3 ans, Michael Buckland obtient enfin sa chance. Lui qui n’a jamais déçu, toujours rentable malgré un temps de jeu faible, sera un mentor pour cette jeune génération.

Place à la jeunesse… et à une nouvelle ère, puisque le coaching staff change lui-aussi à Lipscomb.

Casey Alexander a été débauché par Belmont et Lennie Acuff prend la relève. C’est un énorme pari car le nouvel head coach n’a pas encore connu ce poste-là en Division I (23 saisons à Alabama-Huntsville en Division II), avec 8 qualifications au tournoi final sur les 10 derniers exercices.

Il sera intéressant de voir comment évolue Lipscomb cette saison. La promotion de freshmen est conséquente afin de pallier à l’exode de l’intersaison et quelques pépites arrivent.

Difficile de prédire la saison des Bisons, honnêtement, mais sait-on jamais si la mayonnaise prend.

La saison des Flames de Liberty :

Déroulez :
  • 73.7 points de moyenne inscrits, 32.6 rebonds captés, 14.8 passes décisives délivrées et 61.4 points encaissés de moyenne.
  • #1 en saison régulière dans la conférence A-Sun, victoire en finale du tournoi de la conférence face à Lipscomb (74-68).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière : Scottie James avec 12.6 points de moyenne.

Retour sur la saison de Liberty :

29 victoires pour 7 défaites – 14 victoires pour 2 défaites en conférence A-Sun.

Liberty sort d’une saison historique. Après des saisons moyennes en Big South, les Flames rejoignent l’Atlantic Sun… et deviennent le patron de la conférence en une seule saison.

Ils terminent premier de la saison régulière, remportent le tournoi de conférence et une qualification automatique pour la March Madness. Cerise sur le gâteau : ils remportent aussi leur premier match de leur histoire au NCAA Tournament !

Une première partie de saison tout en contrôle, avec seulement 4 défaites : des revers logique à Vanderbilt (79-70), Georgetown (88-78) et Alabama (84-75), avant de lâcher un match cadeau contre Austin Peay (75-66).

Seulement 2 défaites lors des matchs de conférence, dont une à domicile face à l’autre cador, Lipscomb, sur un blowout total (79-59). L’autre revers se déroule une nouvelle fois loin de leur parquet, à North Florida (75-70). Le reste de la saison est assez tranquille, tout comme le tournoi de conférence (qui ne fut tout de même pas une promenade de santé).

A la March Madness, les Flames remportent une victoire historique contre Mississippi State avec l’aide de son leader, Scottie James, qui s’est amusé des Bulldogs. Même scénario face à Virginia Tech au Second Round. Là-aussi, un match serré dans son intégralité, sauf que l’expérience des Hokies fait la différence et Liberty s’incline de peu (67-58).

Mais quelle saison incroyable des Flames.

Les nouveaux visages :

Tytist Dean (Redshirt Freshman, meneur) : Redshirt la saison dernière, joueur de petite taille mais qui joue avec une énergie incroyable. Il n’a pas peur du contact et défend très dur.

Marten Maide (Freshman, arrière) : En provenance d’Estonie, où il a défendu les couleurs de son pays avec les sélections de jeunes. Classé #43 de la promotion de freshmen. Joueur intelligent ballon en main, doué techniquement.

Blake Preston (Redshirt Freshman, intérieur) : Redshirt la saison dernière, après un cursus au lycée assez bon, avec 13.8 points, 11.2 rebonds et 3.5 contres de moyenne. Futur remplaçant de Scottie James dans deux ans, aura du temps de jeu cette saison.

Josh Price (Redshirt Freshman, meneur) : Redshirt la saison dernière, affichait une moyenne de 12.3 points sur sa dernière saison au lycée. Fils de Mark Price (ancien joueur en NBA) et possède le même profil que son père.

Colton Reed (Redshirt Sophomore, meneur) : scoreur au lycée, il peut prendre rapidement feu et il est aussi un bon passeur. Joueur correct, qui est déjà très actif au sein de la communauté.

Shiloh Robinson (Freshman, intérieur) : deuxième meilleur prospect de l’Etat du Nebraska, 13.1 points et 8.4 rebonds de moyenne.

Kyle Rode (Freshman, ailier) : prospect 3-étoiles, affichait une moyenne de 23.2 points et 9.6 rebonds en Senior au lycée. Nomination dans le classement du Mr. Basketball du Kentucky.

Le joueur à suivre de très près :

Scottie James (redshirt senior) : 12.6 points et 8.6 rebonds de moyenne.

Après une saison fantomatique à Bradley, Scottie James a décidé de prendre en mains sa carrière universitaire en rejoignant Liberty. Après une saison blanche à cause de son transfert, il a explosé dès ses débuts avec sa nouvelle équipe

Quelques chiffres, en vrac, pour sa première saison en 2017-18 :

  • Nomination dans la All-Big South Second Team.
  • Nomination dans l’équipe du tournoi de conférence.
  • 11 doubles-doubles sur la saison.
  • Meilleur rebondeur de l’histoire pour un sophomore.

Et il a encore pris du poids au niveau des responsabilités en tant que junior ; tout du moins sur le plan offensif car il ne défend pas extrêmement bien. Sa moyenne augmente un peu, mais il se réveille lors du tournoi de conférence avec plus de 18 points et 7 rebonds de moyenne.

Scottie James est un intérieur doué techniquement, surtout au poste bas, mais il se révèle aussi comme un travailleur de l’ombre. Il se bat tellement pour gagner la position préférentielle contre ses adversaires sur les rebonds que souvent, il doit être bloqué par 2 joueurs afin de limiter son apport.

De plus, il peut aussi s’écarter, sans pour autant être aussi efficace que près du cercle. Ce n’est pas un intérieur très athlétique, et cela fait du bien de voir un joueur old school aussi dominant.

Le cinq majeur possible :

Jorge Pacheco-Ortiz (Senior) : 7.2 points, 2.3 rebonds et 1.6 passes de moyenne.

Darius McGhee (Sophomore) : 7.8 points, 2.7 rebonds et 1.1 passes de moyenne.

Elijah Cuffee (Junior) : 7.6 points, 2 rebonds et 1.9 rebonds de moyenne.

Caleb Homesly (Redshirt Senior) : 12.4 points, 5.6 rebonds et 2.7 passes de moyenne.

Scottie James (Redshirt Senior) : 12.6 points et 8.6 rebonds de moyenne.

Présentation de la saison de Liberty :

Un seul départ marquant pour Liberty : l’arrière Lovell Cabbil, 4ème meilleur marqueur de l’équipe. Mais tous les autres cadres sont toujours présents, et notamment, la paire d’intérieurs qui a dominé son sujet en Caleb Homesly et Scottie James.

On attend beaucoup plus du meneur Jorge Pacheco-Ortiz, qui va avoir plus de responsabilités au niveau de la création, alors qu’il n’est pas trop connu pour être un meneur gestionnaire à la base. On attend aussi le sophomore Darius McGhee, qui sort d’une très bonne saison freshman et qui possède un bon potentiel.

Liberty récupère une belle promotion de freshmen et le coaching staff avait prévu le coup en plaçant certains prospects sous redshirt.

Evidemment, il sera difficile de faire mieux que l’an passé pour Liberty. D’autant plus que le programme est plus attendu qu’auparavant. L’effet de surprise n’est plus présent : il faut maintenant assumer ce nouveau statut.

Et quand on regarde l’effectif, les Flames sont repartis sur la même base que la saison dernière.