Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Corey Kispert Gonzaga vs Arizona Week 7 2019
(Crédit photo : Jacob Snow - USA TODAY Sports)

Gonzaga, les vrais numéros 1 de la saison

Gonzaga a pris la première place de l’AP Top 25, profitant de la défaite de Kansas face à Villanova afin de passer en tête du classement. Une juste récompense pour des Bulldogs, déjà premiers de notre MoC Top 25 pour les Week 4 et 7. 

Cette première place est bien méritée pour l’équipe de Mark Few qui est, actuellement, la meilleure équipe de la ligue de basketball universitaire.

Le collectif des “Zags” réalise un excellent début de saison et présente un bilan de 13 victoires pour 1 défaite à la trêve de Noël. Certes, la West Coast Conference est un peu plus “faible” que les autres conférences majeures, mais, cela n’enlève rien au superbe début de saison de Gonzaga. Des victoires face à Oregon, Washington, Arizona ou North Carolina avec un seul accroc contre Michigan qui leur coûte le début de saison parfait.

Une équipe ultra-complète et solidaire qui joue bien des deux côtés du terrain. Un effectif réfléchi et composé de joueurs intelligents, qui jouent pour le collectif.

Oui, on peut affirmer que Gonzaga est la meilleure équipe en NCAA

L’internationalité, la vraie force de Gonzaga

Cette saison, Gonzaga est cosmopolite.

L’effectif des Zags est composé de 6 étrangers pour 8 américains. Et, dans le groupe, on compte notamment 2 français avec l’intérieur senior Kilian Tillie et l’ailier sophomore Joel Ayayi, tous deux présents dans le 5 majeur. 

Les joueurs de Mark Few viennent de tous les horizons et non seulement de France.

Pavel Zakharov (freshman) vient de Russie, Filip Petrusev (sophomore) de Serbie, Martynas Arlauskas (freshman) de Lituanie et Oumar Ballo (redshirt freshman) du Mali. Tous ces joueurs internationaux n’ont pas un rôle dominant dans le système de Gonzaga, mais la plupart apporte beaucoup à l’équipe. 

Les deux géants de l’est, Filip Petrusev et Pavel Zakharov, sont là pour sécuriser la raquette et leur suite est assurée par Oumar Ballo, redshirt pour la saison. Il assurera ensuite la domination de la raquette pour Gonzaga dans un futur proche.

Toute cette internationalité amène un jeu intelligent et solidaire pour l’équipe basée dans le fin fond de l’Etat de Washington. Cette grande variété est bien appuyée par quelques joueurs américains de grand talent.

Le meneur senior Ryan Woolridge est un défenseur d’élite. L’ailier Corey Kispert est le meilleur shooteur et le leader de l’équipe. Admon Gilder (senior), Drew Timme (freshman) et Anton Watson (freshman) sont les compléments parfaits pour qu’une équipe soit profonde et tourne toujours à plein régime. 

Une alchimie parfaite entre internationaux et locaux qui s’est trouvée des leaders dans tous les secteurs. 

Au scoring, Corey Kispert et Filip Petrusev ont pris les devants et ils sont bien suppléés par les français Killian Tillie et Joel Ayayi. Cependant, au final, Gonzaga possède 7 joueurs marquant plus de 9.6 points de moyenne.

On obtient le même constat de l’autre côté du terrain, en défense.

Tout le monde se donne à fond et le meneur senior Ryan Wooldridge coordonne tout cela parfaitement. Résultat : les tâches sont très bien réparties et l’équipe est parfaitement équilibrée dès que l’équipe passe en formation défensive.

Le groupe est aussi talentueux que expérimenté, aussi international que soudé et aussi bon en attaque qu’en défense. 

Les Bulldogs utilisent, aussi, très bien ses joueurs et les joueurs progressent énormément durant leur passage à Gonzaga.

Nos compères de Envergure l’ont bien relevé dans leur dernier podcast, en parlant notamment de Joel Ayayi et Filip Petrusev. Les deux sophomores ont énormément progressé depuis leur saison de freshman sur le campus de Spokane.

La belle série peut-elle durer chez les Zags ?

Gonzaga n’a perdu qu’une fois, face à Michigan, lors du début de saison. 

Pour le reste, les Zags ont obtenu de belles victoire contre #11 Oregon en OT et ils viennent d’enchaîner 4 belles victoires face à #22 Washington, #15 Arizona, North Carolina et Eastern Washington. 

Soit un bilan général de 13-1 à l’heure actuelle, qui peut encore prendre de l’ampleur au fil des matchs en WCC.

Effectivement, les prochaines oppositions en conférence semblent à la portée de Gonzaga. Après, il faut se rappeler que le basketball universitaire nous réserve toujours son lot de surprise et Gonzaga n’en est pas à l’abri. 

La West Coast Conference reste très relevée (#midmajors ou non) et les Bulldogs devront encore se farcir de belles équipes. Pour moi, BYU, Pacific ou Santa Clara peuvent poser quelques soucis aux hommes de Mark Few.

Pourtant, ce sont bien les 2 derbys de fin de saison face à Saint Mary’s qui s’annoncent les plus difficiles à négocier.

Les Gaels tournent, jusqu’ici, en 12-2 et sont l’équipe rivale des Bulldogs. Les deux confrontations arrivent en fin de saison et il faudra jouer avec la forme actuelle et les blessures qui vont toucher les effectifs. 

Il faudra aussi garder un oeil attentif sur ces quelques matchs, mais, Gonzaga a un calendrier qui peut lui réussir. Cette saison 2019-20 n’est pas sans rappeler la saison 2016-17, conclue en 37-2, et au cours de laquelle les Zags étaient allés jusqu’en finale du Final Four. 

Tout n’est pas gagné à l’approche de la nouvelle partie de saison

Mark Few, head coach de Gonzaga depuis 1999 a récemment déclaré : 

Tout était très nouveau. L’expérience est notre plus gros problème pour la saison à venir. En se basant sur ce que je pensais, nous avons bien dépassé mes attentes et nous avons encore une marge de progression.

révèle Mark Few au micro de CBS.

En effet, les Bulldogs avaient perdu d’excellents joueurs à la fin de la saison passée.

Rui Hachimura (senior), Brandon Clarke (junior), Zach Norvell Jr. (sophomore) et Josh Perkins (senior) sont tous partis vers la NBA. On pouvait, légitimement, craindre le pire avec la perte de ces joueurs qui ont construit la réussite de l’équipe. 

Heureusement, le management de Gonzaga est l’un des plus intelligents et a assuré pour cette nouvelle saison. Il fait la force des Zags, qui est devenu sans contestation l’un des meilleurs programme de tous les États-Unis. Et pourtant, le programme ne recrute pas d’énormes prospects, qui ne fait que très peu de “one-and-done” et cela en fait sa réussite. 

Résultat de recherche d'images pour "mark few"
(Credit photo : Harry How)

Et cette force depuis des années se traduit sur le banc par Mark Few.

L’entraîneur en place depuis 1999-2000 n’a jamais raté la March Madness. Gonzaga est devenu l’une des équipes les plus constantes du 21ème siècle. Et, fait étonnant, il n’a encore jamais gagné le titre national.

Tous les voyants sont au vert pour Gonzaga et le March Madness s’annonce, déjà, plus ouverte que jamais. Serait-ce enfin la bonne saison pour les Zags ?

Plus de lecture ?
Angelo Stuart Seattle U Redhwaks Mineral Area JUCO 2019
Angelo Stuart (Seattle U) : “je veux devenir un leader” après une expérience réussie en JUCO