Poursuivez la conversation avec notre communauté sur Discord !
Devante Jones Coastal Carolina Chanticleers vs Wofford 2021
(Crédit photo : Coastal Carolina Chanticleers Athletics)

“Gem of the Week” : Coastal Carolina Chanticleers (Sun Belt)

En cette saison de basketball universitaire, Midnight on Campus renouvelle son rendez-vous hebdomadaire (a minima) des perles inconnues qui nous a impressionné et nos coups de coeur de la semaine : la “Gem of the Week“. Après UIC et Our Lady of the Lake (NAIA), troisième épisode de la saison avec un représentant de la Sun Belt, Coastal Carolina.

Coastal Carolina déjoue les pronostics d’avant-saison dans le plus grand des calmes.

Quand on évoque les Chanticleers, en 2020-21, on pense davantage au programme de football. Ils ont fait vibrer les (vrais) fans de football universitaire et ont cassé certains codes de la ligue. Une équipe sympathique qui offrait un spectacle des plus agréables sur le terrain. Mais, la saison de football n’est plus et le basketball a repris ses droits.

Fort heureusement, l’équipe de basketball de Coastal Carolina réalise un joli parcours et fait taire les critiques qui planaient sur le programme.

Un début de saison en fanfare !

Lorsque l’on évoque la conférence Sun Belt, Little Rock est le premier programme qui vient à l’esprit. Et, derrière, la concurrence est dense avec Appalachian State, Texas State, Georgia State ou encore UT Arlington.

Oui, aucune mention de Coastal Carolina.

Il faut dire que les Chanticleers végètent un peu dans le ventre mou ou en fin du classement de la Sun Belt, saison après saison. Après une 8ème place en 2019-20 (avec un bilan général de 16 victoires pour 17 défaites), cette nouvelle saison s’annonçait de même facture pour les spécialistes. Coastal Carolina était listé en 3ème position de la division Sun Belt East, ainsi qu’en 6ème place au classement général, lors du classement des entraineurs et journalistes de début de saison.

La cause du (très léger) rayon d’optimisme ? Le retour de 3 titulaires et, surtout, le retour du redshirt sophomore suédois Ebrima Dibba, qui revient d’une blessure.

Cependant, il n’existait pas un réel engouement pour renverser les cadors de la conférence.

D’autant plus que, mesure exceptionnelle, chaque équipe ne jouerait seulement que les matchs de conférence face aux équipes de la même région. En gros : la division “East” jouera entre elle, jusqu’au tournoi de conférence, où les deux régions s’affronteront pour offrir le précieux sésame : le ticket pour la March Madness.

Ainsi, avant d’attaquer les matchs de conférence, Coastal Carolina a effectué 7 oppositions, avec un bilan de 6 victoires pour une petite défaite, sur le parquet de Wofford (88-77). En plus de la rencontre face aux Terriers, les Chanticleers n’ont joué que 2 matchs face à des programmes de Division I : NC Central (78-71) et Delaware State (99-73). Cela peut paraitre léger, mais, la répétition des matchs, dans un tel contexte, est une réelle bénédiction dans la vie d’un groupe.

Autre disposition qu’a pris la Sun Belt : les matchs en back-to-back, bien souvent le vendredi et samedi sur le même parquet. Une préconisation qui donne des matchs aux scénarios dingues et complètement inverses du jour au lendemain.

Pour les spectateurs, c’est un régal !

Coastal Carolina Chanticleers Basketball
(Crédit photo : Coastal Carolina Chanticleers Athletics)

Coastal Carolina a commencé avec la réception de Georgia State, l’un des prétendants au titre final en Sun Belt. Idéal pour se jauger même si la vérité de janvier ne sera pas la même que celle de mars. Finalement, les Chanticleers s’en tirent bien avec une victoire (81-69) et une défaite (70-62). Le dernier match est assez frustrant, avec un énorme trou d’air au retour des vestiaires, incapable de marquer pendant près de 10 minutes et avec une défense laxiste au plus haut point.

Puis, arrive cette double confrontation sur le parquet de South Alabama.

A.k.a. l’équipe qui déçoit depuis 2 saisons. L’effectif est talentueux, mais il manque ce déclic. Là, Coastal Carolina réalise un sweep des Jaguars avec une première période de très grande qualité (en attaque) sur la première rencontre (victoire 78 à 65). La deuxième a connu un scénario inverse. Mais, cette fois-ci, un comeback a eu lieu avec un succès sur le score de 83 à 69.

Vous ne rêvez pas : Coastal Carolina est premier de la division “East” avec un bilan de 3 victoires pour 1 seule défaite !

Coastal Carolina = efficacité offensive

Bon, je crois que c’est dans l’ADN de l’université de proposer du beau jeu.

Je ne vois que ça (et tant mieux).

Coastal Carolina n’est pas une équipe flashy, qui court dans tous les sens et qui propose un jeu spectaculaire au plus haut point. Non, on parle ici d’une équipe sûre de son basketball et qui prend soin du ballon entre elle.

De plus, au sein de l’effectif, nous avons des petits shooteurs à longue distance comme De’Vante Jones, Deanthony Tipier ou encore Tyrik Dixon. Quand ces trois-là sont adroits, Coastal Carolina est rapidement injouable. L’équipe reste sur une réussite de 36.9% à 3-pts depuis le début de saison, soit la 53ème meilleure du championnat. Toutefois, Coastal Carolina ne mise pas que sur son adresse à longue distance, loin de là.

L’équipe agresse le cercle et provoque beaucoup de fautes. Cela tombe bien : elle est également l’une des meilleures équipes du championnat sur la ligne de réparation… avec un splendide 76.6% aux lancers-francs.

Autant de points faciles en plus au tableau d’affichage.

Un autre domaine où le programme performe sur le plan national ?

Les rebonds offensifs.

Quasiment 40% des rebonds (39.8% ou le 5ème meilleur pourcentage du pays) sont offensifs. En tête d’affiche, le pivot freshman en provenance d’Egypte, Essam Mostefa, qui tourne à 4.5 de moyenne en 2020-21. D’ailleurs, l’Egyptien est une sensation. Il propose une moyenne en double-double cette saison avec 13.2 points et 11.1 rebonds, malgré du déchet offensivement (il a loupé quelques paniers faciles sur le premier match contre South Alabama). Sa marge de progression est extrêmement intéressante et il risque de se faire un nom sur le paysage national, c’est certain.

Défensivement, on a vu mieux, comme on a vu pire.

Coastal Carolina alterne les défenses, même si cela défend beaucoup en individuel. Et il y a du travail à faire dans ce domaine. Cependant, la défense intérieure monte en puissance avec un cercle qui est mieux protégé au fil des matchs.

Tyrik Dixon, le facteur X de Coastal Carolina

Toute équipe qui se respecte possède dans ses rangs un joueur capable de prendre en main l’équipe dans les moments opportuns. Chez les Chanticleers, il s’agit du meneur senior Tyrik Dixon.

Coastal Carolina est sa troisième école, après 2 saisons à Middle Tennessee puis 1 à Missouri State. Il tient un rôle de métronome un peu old school : bon passeur et adroit à longue distance. Le joueur que l’on aime avoir dans son équipe. Tyrik Dixon a connu une blessure et a loupé 4 matchs. Sans lui, l’attaque se révèle plus poussive au niveau de la création. Il faut dire que le joueur possède un talent inné pour créer les espaces en faveur de ses coéquipiers et pour faire la bonne passe afin qu’ils soient en bonne condition pour tirer.

Toutefois, Tyrik Dixon est avant tout un pur shooteur à 3-points.

Le meneur est capable de se montrer efficace en catch-and-shoot et de se créer son tir tout seul, après un dribble. Il est adroit à n’importe quel endroit du parquet, ce qui le rend très difficile à défendre. Il ne faut pas le lâcher d’une semelle, sous peine de prendre un tir sur la tête, parce qu’il dégaine très vite et sans hésitation.

Par contre, un joueur de son profil ne va pas souvent se frotter aux intérieurs adverses, c’est logique. Il est conscient qu’il ne fera pas le poids. Mais, de temps en temps, il peut chercher un contact et la faute.

Parfois, avec un peu de réussite, le panier plus la faute.

De telles situations restent rares. Il préfère se stopper à mi-distance s’il doit tenter un tir, en gratifiant d’un magnifique footwork qui écoeure le défenseur.

Tyrik Dixon a trouvé à Coastal Carolina l’équipe qu’il lui fallait, c’est indéniable.

Cette saison, le senior affiche une moyenne de 10.4 points, 3.3 passes et 2 rebonds. Mais son apport ne se limite pas à la ligne de statistiques. Il est en train de devenir une pièce essentielle des Chanticleers, avec un profil de meneur old school. Il réalise la meilleure saison de sa carrière en 2020-21 et quand on voit qu’il revient de blessure (et donc pas à 100% encore), les attentes sont immenses sur le prospect.

Etait-ce le chaînon manquant de Coastal Carolina ?

Les Chanticleers, grosse cote en Sun Belt ?

Personne ne croyait en Coastal Carolina en football. Idem en basketball. Et si les Chanticleers suivaient les traces de leurs collègues footballeurs et terminaient une saison incroyable à la March Madness ?

Tout est possible. Et c’est ce qui fait la beauté du championnat.

Toutefois, Little Rock semble un poil au-dessus. Coastal Carolina a prouvé depuis le début d’exercice qu’il faut compter sur eux en tant que prétendant crédible, tout du moins, dans la région “East”. Les Chanticleers pratiquent un basket attrayant, grâce à un duo d’intérieurs jeunes et internationaux, à de l’expérience et à une adresse sur les postes extérieurs. Oh que oui, c’est un savoureux mélange qui peut être détonant.

Si j’avais un petit billet à miser en Sun Belt, c’est clairement sur Coastal Carolina que je le placerais.

Plus de lecture ?
Neemias Queta Utah State Aggies MWC
Neemias Queta (Utah State) sera-t-il le premier portugais en NBA ?