Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Garrison Brooks North Carolina vs Duke ACC Tournament 2019
(Crédit photo : Al Bello - Getty Images)

#CBBPreview : le futur de North Carolina est lié à ses nouvelles têtes

Alors que l’intersaison touche à sa fin et qu’une nouvelle saison de basketball universitaire s’apprête à démarrer, il est l’heure de reprendre nos traditionnels #CBBPreviews. Sixième épisode : présentation d’une nouvelle saison à North Carolina à la sauce Midnight on Campus.

Programme de prestige en reconstruction, North Carolina avance dans le noir et met les pieds dans une zone inconnue avec le départ de ses trois cadres majeurs de l’an passé. Mais, comme toujours, le talent ne manque pas de raviver les espoirs.

North Carolina Tar Heels

  • 85.8 points inscrits en moyenne contre 73.2 encaissés, 43.5 rebonds captés, 19 passes décisives délivrées (statistiques complètes de la saison).
  • 50 apparitions en March Madness, 126 victoires pour 47 défaites.
  • #2 en saison régulière au sein de l’ACC, éliminé en demi-finale du tournoi de conférence par Duke (74-73).
  • Meilleur marqueur de l’équipe la saison dernière: Cameron Johnson avec 16.9 points de moyenne.

Retour sur la saison de North Carolina :

29 victoires pour 9 défaites – 16 victoires pour 2 défaites en conférence ACC.

North Carolina n’est pas une équipe comme les autres. Son nom est associé à des grands noms de la balle orange et sa situation dans l’un des bastions du basketball universitaire ajoute à la renommée du campus de Chapel Hill.

L’essence même d’un programme universitaire comme celui-ci, qui met autant l’accent sur son prestige académique qu’athlétique, est bien d’être en haut de l’affiche à chaque exercice. Et pour ce faire, il faut savoir construire et reconstruire.

Qu’on le veuille ou non, les athlètes-étudiants ne sont que de passage et le but ultime est d’envoyer ses meilleurs éléments vers les sommets de la NBA.

Justement, en parlant de sommet, North Carolina l’a atteint en 2017 en remportant le titre national pour la 6ème fois il y a à peine plus de 2 ans. Malheureusement, la défense du titre sera bien fade en 2018. Handicapé par des blessures, les Tar Heels s’arrêtent prématurément au Second Round de la March Madness et une défaite de plus de 20 points face à Texas A&M.

Pour revenir à des standards de champion, de telles ambitions passent évidemment par un recrutement 5-étoiles. Roy Williams a réussi à attirer deux des prospects les plus en vue à l’époque : Nassir Little, MVP du McDonald’s All-American Game, et Coby White. Les deux jeunes recrues seront entourés des expérimentés Luke Maye, Cameron Johnson et Kenny Williams.

La saison s’annonce sous de bonnes auspices. En toile de fond, la rivalité avec le voisin et ennemi juré, Duke, prend de l’ampleur aux vues de l’impressionnant recrutement des Blue Devils en parallèle (Williamson, Barrett et Reddish).

Il faudra attendre le 6ème match et une confrontation face à Texas, organisée à Las Vegas, pour que les Tar Heels s’inclinent pour la première fois de la saison (92-89). La raison de cet échec se nomme Kerwin Roach et ses 32 points à 12/15.

Mais un joueur sort tout de même du lot face aux Longhorns : Coby White (33 points à 10/17).

Les hommes de Roy Williams assument leur statut avec le début des choses sérieux et les premiers matchs de la très relevée conférence ACC.

Un seul accroc en janvier, à domicile face à Louisville, où les Tar Heels en dessous des 35% de réussite aux tirs (46% en saison) n’ont été que l’ombre d’eux même dans cette rencontre (83-62). Il faudra un mois à UNC pour connaître à nouveau la défaite, une nouvelle fois à domicile, face aux futurs champions, Virginia (69-61) et son duo de pistoleros avec Kyle Guy et Ty Jerome).

Mais tout le monde attend la double confrontation face aux Blue Devils de Duke.

Le premier match se déroule à Durham et le second est prévu un peu plus de deux semaines plus tard à Chapel Hill. Rien de mieux pour se tester que de rencontrer son ennemi juré dans deux enceintes remplis d’étudiants survoltés.

Malheureusement, l’excitation tourne court quand Zion Williamson explose sa chaussure sur un appui après quelques secondes de jeu. UNC s’empare des deux rencontres face à Duke, bien que les Blue Devils obtiennent leur revanche en demi-finale du tournoi de conférence ACC.

Zion Williamson (31 points), revenu la bave aux lèvres pour le tournoi, refuse de subir un “sweep” par le voisin et emmène Duke vers une victoire au terme d’un match aux couteaux. Avec une claquette à 30 secondes de la fin, le sort de la rencontre est scellé (74-73).

Direction la March Madness.

Les deux premiers tours face à Iona (88-73) et Washington (81-59) sont une formalité. Les seniors Cameron Johnson et Luke Maye, nostalgiques de leur parcours universitaire, sont omniprésents.

Mais leur valeur n’est pas assez pour relever le défi imposé par la valeureuse équipe d’Auburn lors du Sweet 16. Trop rapides et insolents de réussite (45.6% à trois points), Auburn n’a laissé aucun espoir à North Carolina (97-80) et le charismatique Bruce Pearl est en route pour le premier Final Four des Tigers.

L’exercice 2018-19 s’achève au stade du Sweet 16 et Roy Williams sait déjà que l’été s’annonce chargé.

3 cadres (Luke Maye, Cameron Johnson et Kenny Williams) se trouvent sur le départ. Il sait pertinemment que Nassir Little, bien que très décevant par rapport à son statut de recrue « star », et Coby White, qui lui a largement dépassé les attentes, ne feront pas de vieux os dans le Dean Smith Center.

A l’aube de sa 17ème saison à la tête des Tar Heels, Roy Williams est prévenu : la saison 2019-20 s’annonce particulièrement indécise.

Les nouveaux visages :

6 nouvelles têtes posent leurs valises chez les Tar Heels : 4 recrues freshmen, et parmi elles 2 joueurs passés par le dernier McDonald’s All-American Game afin de composer la 9ème meilleure classe de recrutement, ainsi que deux transferts.

La curiosité du recrutement de North Carolina est sans aucun doute le poste 5 Armando Bacot (#27).

Ne vous fiez pas à son allure laissant apparaître une certaine nonchalance, Armando Bacot possède déjà d’excellents fondamentaux. Big man à l’envergure impressionnante (7’1’’), c’est un excellent protecteur qui n’hésite pas à s’écarter. Son principal axe de progrès réside néanmoins au niveau du shoot.

Les 2 autres freshmen sont 2 prospects 4-étoiles: Anthony Harris (#72) et Jeremiah Francis (#178).

Anthony Harris est un combo guard très physique et excellent défenseur. On lui souhaite de démarrer la saison à 100%, car, il a mis un terme à sa saison senior en High School à la suite de problèmes aux genoux.

Jeremiah Francis, lui aussi enquiquiné par des problèmes aux genoux, est un bon manieur de ballon, rapide et plutôt bon playmaker. Il aura probablement peu de temps de jeu en début de saison mais il dispose des qualités pour le voir augmenter progressivement.

A ce recrutement de freshmen, Roy Williams a également ajouté de l’expérience avec 2 transferts seniors, qui auront donc la lourde tâche de combler le scoring fourni par Cameron Johnson et Coby White.

Justin Pierce, transféré de William & Mary, est un joueur complet qui valait presque 15 points, 9 rebonds et 4 passes décisives de moyenne en tant que junior. Il pourrait endosser le rôle de 6ème homme dans le dispositif des Tar Heels. Mais la pièce la plus importante est Christian Keeling. En provenance de Charleston Southern, il est lui-aussi capable de scorer puisqu’il vient de réaliser une saison à 18.7 points de moyenne à 46.5% de réussite (38% à 3 points).

On allait presque oublier : le très médiatique Cole Anthony (#4) s’apprête à devenir la nouvelle tête d’affiche de North Carolina.

Le joueur à suivre de très près :

Cole Anthony (freshman) : 24.4 points, 7.8 rebonds et 4.5 passes en 11.6 minutes sur le Nike EYBL.

Meilleur joueur du McDonald’s All-American Game. Meilleur joueur du Hoop Summit. Meilleur joueur du Jordan Classic.

C’est bon ? Vous cernez le garçon ou faut-il continuer à dérouler le CV ?

Cole Anthony appartient à cette génération de jeunes basketteurs YouTubisé à outrance voire sur-médiatisé qui doit désormais faire avec cette exposition synonyme de hype mais surtout de pression.

Protégé de Kemba Walker en AAU et fils de Greg Anthony (champion universitaire avec UNLV en 1990 et 11 saisons en NBA dans les jambes), le petit Cole a bien le potentiel pour être appelé dans les premiers par Adam Silver en juin prochain.

Sorti de la renommée Oak Hill Academy, il impressionne depuis son arrivée sur le campus de Chapel Hill. Doté d’une grosse mentalité, il donne l’impression de savoir tout faire en attaque avec explosivité et apparaît comme un gros travailleur. Attention à la défense, dont il semble parfois se détacher.

Nul ne doute que beaucoup de regards seront dirigés vers lui cette saison.

Le cinq majeur possible :

Cole Anthony (freshman): lycée.

Christian Keeling (senior): 18.7 points-6.9 rebonds-2.8 passes décisives en moyenne l’an passé.

Armando Bacot (freshman): lycée.

Brandon Robinson (senior): 3.4 points-1.6 rebonds-1.4 passe décisive en moyenne l’an passé.

Garrison Brooks (junior): 7.9 points-5.6 rebonds-1.3 passes décisives en moyenne l’an passé

Présentation de la saison de North Carolina :

Roy Williams semble avoir fait le nécessaire pour combler l’énorme vide laissé par le départ de ses meilleurs joueurs.

Faire venir un prospect du calibre de Cole Anthony est en soit une sorte d’assurance à la vue du potentiel du garçon. Armando Bacot pourrait aussi très vite nous surprendre.

Ceci dit, Garrison Brooks doit devenir un relais incontournable du système des Tar Heels. Leaky Black doit continuer d’apporter sa défense et Andrew Platek doit élever son niveau de jeu en sortie de banc.

Il semblerait que la difficulté se situe plus dans la vocation de Roy Williams a créé ses rotations que dans la constitution de son cinq de départ qui apparaît assez logique. En tout cas, il faudra que la « sauce » prenne rapidement si UNC souhaite que la saison s’éternise.

En revanche, il reste difficile de faire une projection précise tant les cartes ont une nouvelle fois été redistribuée au sein de la conférence ACC. On peut imaginer que North Carolina accroche le podium de la conférence derrière Duke et Louisville mais Virginia, champion national en titre, pourrait contrarier ce schéma.

Plus de lecture ?
“A day with USC” : comment les recrues sont devenues des Trojans