Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Gonzaga Athletics)

“Zooming On” : Corey Kispert, l’homme de l’ombre de Gonzaga

Alors que l’on approche du tant attendu Final Four, la March Madness continue son petit bonhomme de chemin avec le début du Sweet 16. Et quoi de mieux que la revanche entre #4 Florida State et #1 Gonzaga. Les Bulldogs possèdent, dans son effectif pléthorique, un joueur capable d’être le facteur X pour les prochaines rencontres, le sophomore Corey Kispert.

La force de Gonzaga, c’est d’avoir un cinq majeur très fort et complémentaire, mais aussi un banc productif. Rui Hachimura, Josh Perkins (qui m’a fait péter un câble hier…), Zach Norvell Jr, Brandon Clarke, Killian Tillie : vous connaissez les têtes d’affiches du programme.

Mais un jeune joueur, dans l’ombre, réalise une deuxième saison universitaire très intéressante et il s’agit bien de Corey Kispert.

 

Qui est Corey Kispert ?

 

Pour la plupart d’entre-vous, vous entendez ce nom pour la première fois et c’est compréhensible.

Mais depuis le match face à Baylor, le prospect commence à s’écrire un nom sur le plan national avec un match vraiment solide : 16 points (4/8 à trois points) et 7 rebonds. Deuxième meilleur marqueur derrière Brandon Clarke et ses 36 unités.

Le head coach des Zags, Mark Few, a souligné l’importance du joueur au sein de l’effectif après sa belle performance. Apprécié par le vestiaire pour être toujours de bonne humeur, il est surtout là pour apprendre du plus haut niveau avant que les cadres partent durant l’intersaison.

Oui, Corey Kispert sera l’un des fers de lance l’an prochain des Zags (et on a déjà hâte).

 

Mais quel est son rôle, en réalité ?

 

Corey Kispert a été recruté avant-tout pour son adresse à longue distance. C’est un formidable shooteur, dans la lignée des Kyle Korver & co., et il possède la confiance de ses coéquipiers.

Il n’hésite pas à prendre ses responsabilités, comme lors du Sweet 16 face à Florida State. Alors que Gonzaga restait sur un gros momentum, il prend trois tirs à 3-points en trois possessions, tous loupés, mais la confiance est toujours là.

D’ailleurs, sa mécanique de tir est excellente. A montrer dans les écoles de basketball.

 

 

Mais Corey Kispert a bien compris que réaliser une carrière en plantant juste des tirs à 3-points, ce n’était pas l’idéal, surtout dans une équipe comme Gonzaga. Il faut dire que le prospect, après un début de carrière solide, s’est blessé à la cheville. Le tournant dans sa jeune carrière.

Depuis, il fait attention à son corps, en le musclant et en tenant une hygiène de vie irréprochable.

Du coup, en prenant un peu de physique, il est maintenant capable de défendre dur sur l’homme. Face aux Seminoles, il a eu un peu de mal face au potentiel athlétique des ailiers de Florida State mais il a quand même réalisé quelques stops intéressants.

 

 

Même si sur ce match, bien défendre ne suffisait pas.

 

 

Corey Kispert est le joueur à tout faire de l’équipe. Il défend, il prend des rebonds et il peut se montrer sur son meilleur visage quand il est adroit. En plus de cela, et c’est nouveau, il agresse le cercle, n’ayant plus peur du contact. Il apporte un réel relais aux cadres dans les moments un peu chauds.

Oui, il est le type de joueur qu’il faut absolument posséder dans un effectif pour aller au bout.

Duke possède son joueur de l’ombre, Texas Tech aussi, tout comme Purdue ou North Carolina. Villanova l’avait la saison dernière (même deux entre Jalen Brunson et Donte DiVicienzo). C’est un must-have pour la course au titre.

Et puis, il n’est que sophomore et il deviendra tôt ou tard l’un des visages du programme.

Face à Texas Tech pour l’Elite Eight, samedi, mon petit doigt me dit qu’il faudra surveiller le jeune homme de près.

Plus de lecture ?
Bill Self Kansas Head Coach
La réponse de Kansas à la “Notice of Allegations” de la NCAA est suicidaire