Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Gregory Bull-The Associated Press)

“Zooming On” : Brandon Clarke, ministre de la défense de Gonzaga

Souviens-toi de l’été dernier. Gonzaga était rangé parmi les favoris au titre national. Il faut dire qu’avec Rui Hachimura, Josh Perkins ou encore Killian Tillie, les Bulldogs possèdent l’un des effectifs les plus complets du pays.

Si l’on a beaucoup parlé, à raison, de Rui Hachimura, il ne faut pas négliger l’impact de son compère à l’intérieur : Brandon Clarke.

Révélation de la saison, le joueur transféré de San Jose State s’est imposé parmi les tous meilleurs intérieurs du pays. Et au cours de sa saison junior, il tourne à 16.5 points, 8.3 rebonds et 3 contres, le tout à plus de 68% aux tirs. Mieux, avec un PER à plus de 37, il est ainsi l’un des joueurs les plus efficaces du pays (derrière Zion Williamson).

Pourtant, le natif de l’Arizona a subi de plein fouet les règles de transfert en NCAA, puisqu’il a été contraint de rester sur le carreau la saison passée. Plutôt que de prendre cela comme une sanction, il en a profité pour développer son jeu et s’affirmer comme l’un des meilleurs joueurs de tout le pays.

Pour faire simple, Brandon Clarke est l’un des candidats les plus légitimes au titre de joueur de l’année, en plus d’avoir été nommé parmi les potentiels lauréats du Naismith Defensive Player of the Year.

 

Un féroce défenseur devenu joueur complet

 

Au sein d’une équipe de Gonzaga qui a souffert de nombreuses blessures (Killian Tillie en tête) et du départ vers le monde professionnel de l’excellent Johnathan Williams, Brandon Clarke comme Rui Hachimura en ont profité pour gagner en temps de jeu et en responsabilités.

Et alors que la March Madness approche à grands pas, Brandon Clarke continue de faire saliver les scouts du monde professionnel.

Comme ses moyennes le suggèrent, il est avant tout un excellent protecteur de cercle. Bien qu’il ne soit pas le plus grand (2m03), Brandon Clarke compense par une détente phénoménale qui lui permet d’aller cueillir l’adversaire en haute altitude. Mieux, l’intérieur a affiché des signes de progrès constants qui font de lui l’un des tous meilleurs intérieurs de la prochaine Draft NBA.

Oui, Brandon Clarke sera un excellent défenseur à l’échelon professionnel, mais le natif de l’Arizona devrait faire les beaux jours de sa future franchise par son activité et son côté all-around.

 

 

D’abord, il a considérablement développé son handle cette saison. Ainsi, il n’est pas rare de le voir dribbler depuis la ligne des trois points jusqu’au cercle, où il excelle. Si depuis le début de saison, Brandon Clarke s’illustre sur un jeu de transition (un aspect du jeu que Gonzaga adore mettre en oeuvre, qui plus est), on peut le voir montrer des signes de progrès dans le jeu demi-terrain classique.

Pas de doute, Brandon Clarke possède les qualités athlétiques et le dribble pour exister en NBA, même s’il devra considérablement travailler sur son shoot extérieur afin d’obtenir le statut d’intérieur moderne.

Heureusement, il a montré quelques signes encourageants dans ce domaine et sa carrière professionnelle dépendra certainement de sa progression aux tirs.

 

 

Venons-en à la défense, un domaine où Brandon Clarke est potentiellement le meilleur joueur du pays.

Contreur incroyable, il sera à coup sûr une machine à Top-10 dans la grande ligue. Mais résumer la défense du garçon à de simples contres serait négliger l’impact immense qu’il possède sur l’équipe de Gonzaga. Il est ainsi classé meilleur joueur de sa conférence au Defensive Win Share, mais également dans la catégorie du Defensive Box Plus/Minus, deux statistiques non-négligeables.

En revanche, pour devenir un joueur majeur à l’échelon professionnel, Brandon Clarke devra se montrer beaucoup plus agressif aux rebonds.

A l’instar d’un Robert Pirès, il doit muscler son jeu. En attaque, Brandon Clarke doit diversifier sa palette qui reste limitée à l’heure actuelle ; en résumé, se doter d’un shoot et obtenir une palette offensive variée sera le prochain objectif de cet intérieur qui n’en finit plus de progresser.

 

Un premier tour de Draft assuré pour Brandon Clarke ?

 

(Crédit photo : Young Kwak – The Associated Press)

Si cela n’était pas gagné, voire totalement impossible en début de saison, Brandon Clarke pourrait bien être appelé au premier tour de la prochaine Draft NBA en juin prochain.

Totalement hors des radars des scouts en raison d’une saison où il n’a pas joué, l’intérieur a réalisé une saison pleine au point d’être cité parmi le Top-20 des meilleurs prospects par grand nombre d’observateurs.

S’il sera logiquement choisi derrière une armée de freshmen, Brandon Clarke, comme son coéquipier Rui Hachimura, d’ailleurs, devrait selon toute vraisemblance être un choix du premier tour. Qu’importe, le duo des Zags est pour le moment en mission pour réaliser un dernier devoir avant de partir.

Ramener le titre national sur le campus de Gonzaga, à Spokane.

Plus de lecture ?
“A day with USC” : comment les recrues sont devenues des Trojans