Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !

North Carolina a perdu plus qu’un match : Roy Williams doit désormais reconstruire une équipe

L’aventure à la March Madness s’est terminée dans la nuit de vendredi à samedi pour les Tar Heels de North Carolina. Auburn a développé un jeu rapide auquel n’a pas su répondre UNC et une réussite à 3-points incroyable (17/37 soit 45.6%).

L’équipe championne nationale en 2017, à Phoenix, va en plus de cette défaite connaître un été chargé.

Facteur X en 2017 et meilleur rebondeur de cette dernière campagne (10.5), Luke Maye s’en va après 4 années sous les couleurs de North Carolina. Cameron Johnson, meilleur scoreur (16.9 points) et shooteur à 3-points (45.7%) des Tar Heels, également senior, quitte le campus de Chapel Hill en quête de sélection lors de la prochaine Draft NBA. De même pour le troisième senior du roster, Kenny Williams.

Mais ce n’est pas tout.

Roy Williams devrait sûrement compter sur les départs de deux de ses trois freshmen arrivés l’été dernier : Nassir Little et Coby White. Le premier, annoncé comme ultra-prometteur à sa sortie du lycée, n’a pas forcément répondu aux attentes en étant quelque peu bridé pour le head coach des Tar Heels, malgré des coups de chauds comme dernièrement face à Washington (20 points, 7 rebonds).

 

 

A l’inverse, Coby White termine la saison en étant le deuxième scoreur de l’équipe (16.1 points) et le meilleur passeur (4.1). Le meneur de jeu n’était pas censé creuser son trou d’entrée et pourtant, il a rapidement pris le contrôle du jeu de UNC avec succès.

De la saison du combo-guard, on retient notamment son énorme performance en début de saison face à Texas avec 33 points (7/10 à trois points).

 

Cinq joueurs en moins, et pas des moindre

 

Ces cinq joueurs ? Les cinq meilleurs joueurs de l’équipe. Voilà ce que perd Roy Williams.

Il reste à savoir si le programme s’en relèvera car, pour le moment, l’équipe n’a enregistré que deux arrivées pour la saison prochaine : celle de l’intérieur 5-étoiles de l’IMG Academy Armando Bacot (#21, 2019) et du meneur de Pickerington Central Jeremiah Francis (#183).

Néanmoins une troisième recrue ne pourrait pas tarder à arriver et pas n’importe laquelle. Encore officiellement indécis, l’un des meilleurs prospects de la promotion 2019 en provenance de la Oak Hill Academy, Cole Anthony (#4), a récemment annoncé sa liste finale au sein de laquelle figure UNC.

Et selon 247Sports, l’équipe de Roy Williams est favorite pour accueillir le combo-guard qui a ébloui lors du dernier McDonald’s All-American en décrochant le titre du MVP.

En plus de Cole Anthony, les Tar Heels sont toujours en course pour accueillir deux postes 4, Matthew Hurt (#8) et Precious Achiuwa (#13). Toutefois, l’équipe ne serait pas dans les petits papiers des deux joueurs.

Le hic, même si le recrutement est réussi, est que North Carolina n’est pas une équipe de freshmen et ne l’a jamais été. Le délire du one-and-done, ce n’est pas trop la tasse de thé de Roy Williams. Depuis 2006, en 13 ans, un seul joueur a quitté le campus de Chapel Hill après son année freshman : Tony Bradley.

 

Qui pour tenir la baraque ?

 

Il est difficile de sortir un nom du lot sur le papier. Mais si on devait en donner quelques-uns, on retrouverait deux sophomores.

Tout d’abord, l’intérieur Brandon Hoffman. S’il a été utilisé moins de trois minutes en moyenne, le natif de Goldsboro (Caroline du Nord) a montré qu’il pouvait être un point d’ancrage intéressant dans la peinture. Ensuite, Garrison Brooks. Lui-aussi sophomore, il était un des joueurs les plus utilisés par Roy Williams avec une moyenne de présence à 23 minutes sur le parquet, pour 7.9 points et 5.6 rebonds.

Un autre devrait avoir son mot à dire : Brandon Robinson. Le futur senior, comme Garrison Brooks, a été un élément plébiscité par les Tar Heels (11 minutes environ) cette saison. Il pourrait être un ‘mentor’ pour Cole Anthony si ce dernier arrive à Chapel Hill en août prochain.

Un sacré chantier en perspective du côté des bleu et blanc. Mais, même si la saison 2019-20 s’annonce, sur le papier, quelque peu difficile pour UNC, nul doute que les matches contre Duke seront quant à eux toujours aussi chauds.

Plus de lecture ?
“A day with USC” : comment les recrues sont devenues des Trojans