Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
Nick Rakocevic USC 2018
(Crédit photo : John McGillen - USC Athletics)

“A day with USC” : les Trojans veulent frapper fort après 2 ans de disette

Dernier quart-temps sur le parquet de l’INSEP, USC mène d’une quinzaine de points face à de vaillants lituaniens.

On pourrait croire que le match d’exhibition est terminé. Pourtant, Andy Enfield peste sur son banc. La raison : une défense tout terrain mal effectuée. Il demande aussitôt un temps-mort et autant dire que l’ambiance n’est pas à la rigolade. Les Trojans doivent monter en régime.

(Crédit photo : Midnight on Campus)

Les hommes de Andy Enfield veulent repartir sur de bonnes bases après une dernière saison décevante, en terme de résultats, tout du moins. Elle s’est conclue avec un bilan de 16 victoires pour 17 défaites et un vilain 8-10 en conférence Pac-12.

C’était dans l’ensemble une bonne saison mais on veut bâtir autour pour faire beaucoup mieux cette saison.

analyse froidement Andy Enfield.

Si le head coach de USC ne dresse pas un bilan noir de la saison passée, c’est parce que tout n’est pas à jeter.

D’abord, USC a composé avec le départ de plusieurs joueurs majeurs, qui avaient grandement contribué à faire des Trojans des candidats sérieux à la March Madness en 2017-18. Exit Jordan McLaughlin et Chimezie Metu, notamment, pour faire place à de jeunes loups nommés Kevin Porter Jr. et Elijah Weaver. Hélas, la blessure de Kevin Porter Jr., futur joueur des Cleveland Cavaliers en NBA, diminua considérablement les espoirs des Trojans.

(Crédit photo : Brian Rothmuller – Getty Images)

Malgré tout, les bonnes saisons de Nick Rakocevic et Jonah Mathews ainsi que l’émergence en fin de saison du freshman Elijah Weaver ont été de réels motifs de satisfaction. A vrai dire, USC a même surpris à l’occasion du tournoi de conférence Pac-12 s’inclinant d’une courte tête lors d’un quart de finale face à Washington, futur finaliste du tournoi.

De cette saison naît logiquement de nouveaux espoirs et les objectifs des Trojans pour cette nouvelle saison sont ambitieux.

Les leaders de USC identifiés

USC compte aujourd’hui 8 nouveaux visages dans ses rangs : les joueurs déjà présents dans l’effectif des Trojans la saison dernière se comptent effectivement sur les doigts d’une main.

Parmi eux, Nick Rakocevic, intérieur star qui entame à l’automne une dernière saison sur le campus de Los Angeles, sait que les résultats des siens dépendra de son rendement. Contributeur majeur de l’équipe en 2018, c’est donc naturellement en leader que le natif de Chicago souhaite aborder sa dernière danse.

Mon rôle sera plus grand cette année, je m’attends à être l’un des joueurs majeurs. Mais je suis aussi l’un des seuls seniors de l’équipe et je devrais aussi prendre les plus jeunes sous mon aile. Ce sera important pour moi de les voir progresser.

confie d’une voix calme l’intérieur senior.

A ses côtés, Jonah Mathews souhaite s’affirmer comme l’arme majeure de l’équipe. L’arrière sera la clé de voute du système offensif de Andy Enfield et celui-ci s’est déjà fixé des objectifs très élevés.

Je vise le titre de meilleur joueur de la Pac-12 cette saison.

annonce Jonah Mathews avec conviction.

Nick Rakocevic et Jonah Mathews seront les têtes d’affiches d’un cinq majeur qui devrait être complété par Elijah Weaver à la mène. Talentueux, le floridien a goûté au poste de titulaire en fin de saison dernière. S’il n’est pas un pur meneur de jeu, ses qualités défensives et son shoot en nette progression seront importantes pour les Trojans. Aussi, dans une conférence où les vétérans Payton Pritchard (Oregon) et McKinley Wright (Colorado) mèneront le jeu des favoris, l’expérience de Weaver sera essentielle.

(Crédit photo : John McGillen – USC Athletics)

Pour le reste, on ne peut que spéculer.

Il serait surprenant de voir Isaiah Mobley et Onyeka Okongwu alignés ensemble dans le cinq de départ. Andy Enfield devra certainement choisir l’une de ses deux recrues 5-étoiles. Sur l’aile, tout laisse à penser que Charles O’Bannon Jr soit titularisé mais attention à la surprise Daniel Utomi, tout juste transféré de Akron.

Les options sont nombreuses pour Andy Enfield. Le technicien a l’embarras du choix et les différentes combinaisons paraissent intéressantes. Vous l’aurez compris, les Trojans ont de quoi être optimiste pour la saison à venir.

Nous tenons un bon mix entre joueurs expérimentés et jeunes talentueux. Nous avons de très bons extérieurs et nous sommes significativement plus fort dans la peinture. Et on devrait bénéficier d’une meilleure balance intérieur-extérieur cette saison et être bien meilleurs défensivement avec l’ajouts de très gros contreurs. »

déclare Andy Enfield à notre micro.

Une ambition affichée : le titre de conférence Pac-12

Si l’ambiance est aussi studieuse à l’INSEP, c’est bien parce que les objectifs fixés par Andy Enfield sont extrêmement ambitieux.

L’objectif est d’être dans la course pour le titre de la conférence Pac-12, de retrouver la March Madness et d’y aller le plus loin possible.

déclare d’une voix calme et posée Andy Enfield.
(Crédit photo : Keith Birmingham – Pasadena Star-News/SCNG)

Dans une conférence Pac-12 plutôt ouverte sur le papier, USC pourrait tirer son épingle du jeu et se muer en épouvantail. Nick Rakocevic en est intimement persuadé.

Nous sommes la meilleure équipe de la conférence à mes yeux et nous avons un roster très dense et talentueux. Si nous sommes tous sur la même longueur d’onde, le titre de champion de conférence devrait être accessible. »

conclut-il avec une grande confiance.

Collectivement, nous visons le titre de champion de conférence et une participation à la March Madness. On pense que cela est vraiment possible.

ajoute Jonah Matthews, l’autre leader de l’équipe.

Après une saison en demi-teinte, bien que formatrice, les Trojans veulent de nouveau goûter aux joutes du NCAA Tournament. Et une chose est certaine : à la vue de la confiance et du niveau affiché, c’est bel et bien un futur champion de conférence Pac-12 que l’on a rencontré à Paris.

Plus de lecture ?
Stretching Evansville
“A day with Evansville” : la préparation physique continue en Europe