Peut-on parler de l'un des prospects les plus sous-côtés de la prochaine Draft NBA ?

S’il était sans aucun doute un lycéen prometteur, peu de monde aurait pu imaginer Coby White à un tel niveau avec North Carolina. Et pour cause, le talentueux freshman s’affirme peu à peu comme l’un des leaders des Tar Heels.

Auteur d’une grande saison à 15.7 points de moyenne, la cote de Coby White monte en flèche au point d’être candidat à un lottery pick lors de la prochaine Draft NBA et le déplacement au Cameron Indoor de Durham pour y affronter Duke pourrait permettre au freshman de se mettre en lumière face à Tre Jones.

Si Coby White est aujourd’hui un joueur majeur, il le doit à une immense force de caractère forgée par les épreuves de la vie.

Natif de la Caroline du Nord, Coby White a perdu son père à l’été 2017. Fichu cancer, aurait pu se dire le meneur, mais qu’importe, c’est sur le terrain qu’il souhaite répondre.

Coby White a pris cette tragédie comme une source de motivation, jouant chaque match pour son père. Pourtant, enfant, celui qui est aujourd’hui le meneur titulaire de North Carolina était plutôt supporter… de Duke. N’hésitant pas à raconter ouvertement aux journalistes que son plus grand souvenir était probablement le shoot de la gagne d’Austin Rivers face à North Carolina en 2012.

Malgré cela, les fans des Tar Heels lui ont pardonné tant il est précieux sur le terrain.

 

L’archétype du joueur moderne

 

Rapide et porté vers le scoring, Coby White est devenu peu à peu un véritable prospect NBA.

Sa progression en tant que “meneur de jeu” à l’ancienne sera l’une des questions les plus intrigantes de la prochaine période d’évaluation. Sur le terrain, Coby White est un joueur au premier pas supersonique. Rapide par nature, il s’est distingué en trouvant efficacement ses coéquipiers en transition cette saison.

On le sait, s’adapter au système de Roy Williams n’est pas facile, encore plus pour un meneur ; et pourtant, Coby White a trouvé ses marques au point d’être l’un des piliers d’une très bonne équipe de North Carolina.

Le meneur titulaire des Tar Heels est aujourd’hui l’un des meilleurs meneurs scoreurs du pays, et sa capacité à marquer depuis tous les endroits du terrain, mêlée à sa force, le rend presque inarrêtable lorsqu’il est dans un bon soir. Texas en a fait l’amère expérience le 22 novembre 2018 : Coby White a planté 33 points à un coquet 10/17 aux tirs, tout en faisant étalage de toute sa panoplie.

 

 

S’il n’est pas le plus athlétique, il compense par la force et une excellente vitesse latérale qui lui permet de se battre sur les écrans en défense. Avec l’expérience et un QI basket amélioré, on pourrait voir Coby White parmi les bons voleurs de ballons à l’échelon supérieur.

Coby White n’est pas un joueur fini, pour autant, plusieurs choses restent à améliorer dans son jeu.

Premièrement, il doit apprendre à prendre soin du ballon que ce soit en tentant moins de passes compliquées mais également en évitant de s’isoler dans la défense adverse. Devenir un ball handler et ainsi mieux s’insérer dans le collectif reste le point de progrès majeur pour Coby White.

 

Le juge de paix de Coby White face à Duke

 

Si le match face à Duke s’annonçait comme un choc, pour la rivalité et le niveau des deux équipes en cette saison, un duel a particulièrement hypé les observateurs. Face à Coby White se dressait un autre excellent freshman, Tre Jones, deux meneurs mais aussi et surtout deux leaders.

S’ils ont tous deux des profils différents, les deux meneurs sont attendus au premier tour de la prochaine Draft NBA et leur duel était une bonne occasion de jauger le potentiel de chacun.

(Crédit photo : Rob Kinnan – USA TODAY Sports)

A la vue du match, on peut dire que Coby White a souffert face à la défense de l’énergique numéro 3 des Blue Devils.

Il a été mis en difficulté sur son handle, particulièrement lorsqu’il a cherché à attaquer le panier. Coby White ne sera sans doute pas le dernier à souffrir face à Tre Jones ; qu’importe, il continue de grandir et de s’affirmer comme un prospect intéressant.

Si ses statistiques ne sont pas particulièrement ronflantes face aux Blue Devils, manquant 3 tirs sur des in-and-out par exemple, 9 points (3/14 aux tirs, 1/6 à trois points), 5 rebonds, 3 passes et 6 balles perdues, Coby White a sans doute eu un meilleur match que ses chiffres ne l’indiquent.

Le match face à Duke était capital dans l’établissement d’un bon capital, mais une chose demeure sure et certaine : Coby White reste l’un des prospects les plus sous-cotés pour le mois de juin prochain.