Silvio De Sousa ne pourra participer aux saisons 2018-19 et 2019-20 avec les Jayhawks.

La NCAA a décidé de taper du poing sur la table, mais plutôt que de s’attaquer aux adultes ou aux institutions, la ligue universitaire se venge sur Silvio De Sousa, un jeune homme de 20 ans, dont la carrière de basketball est possiblement ruinée.

Silvio De Sousa a écopé d’une suspension de deux saisons complètes de la part de la NCAA : alors qu’il n’a pas joué un match de la saison, en 2018-19, le sophomore des Jayhawks a été rendu inéligible par la ligue universitaire pour le reste de cette saison ainsi que pour la saison suivante, en 2019-20.

Pourquoi reçoit-il une suspension d’une telle ampleur ? Uniquement pour le fait que son tuteur légal a reçu des sommes d’argent de la part d’un booster de l’Université de Kansas et d’un employé d’Adidas.

“L’athlète-étudiant du programme de basketball de l’Université de Kansas, Silvio De Sousa, doit manquer le reste de la saison 2018-19 et l’ensemble de la saison 2019-20 parce que son tuteur légal a reçu des paiements de la part d’un booster de l’université et a accepté de recevoir des fonds supplémentaires de la part d’un agent.” 

Ce sont les mots de la NCAA, publiés dans un communiqué de presse.

Quels sont les chefs d’inculpation à l’encontre de Silvio De Sousa ? Il est seulement coupable d’être sous la charge d’un tuteur qui a voulu monétiser la carrière universitaire du jeune homme originaire de l’Angola. Et cette décision est d’autant plus disproportionnée que le tuteur en question n’a reçu qu’une somme de $2.500 jusqu’à preuve du contraire.

Un paiement de $20.000 est soulevé, mais d’après la formulation de la NCAA, il semblerait que la transaction n’a jamais eu lieu. Et selon Fenny Falmagne (le tuteur légal), une telle transaction n’a même jamais eu lieu.

“Le tuteur légal de Silvio De Sousa a reçu un paiement de $2,500 de la part d’un agent et d’un booster de l’école. Il a accepté une un paiement additionnel de $20,000 de la part du même individu et d’un employé d’Adidas afin de sécuriser l’inscription de Silvio De Sousa à Kansas.”

Le représentant d’Adidas qui n’est pas nommé est T.J. Gassnola. Ses opérations sulfureuses ont été mises au gout du jour lors du procès mené par le FBI à l’automne dernier, où il avait décidé de coopérer avec le gouvernement américain afin de révéler les pratiques d’Adidas.

Quoi qu’il en soit, que les faits soient avérés ou non, la NCAA n’avait aucun moyen de punir le tuteur légal, Fenny Falmagne, et s’est rabattu sur l’option qui est la moins logique : asséner un coup sur la carrière d’un jeune homme de 20 ans qui n’a certainement jamais eu connaissance que de telles transactions se sont faites sur son dos, ni n’a vu la couleur d’un seul billet vert.

L’Université de Kansas n’a pas tardé à réagir et à faire appel de cette décision. Le directeur athlétique des Jayhawks, Jeff Long, et le head coach de l’équipe de basketball, Bill Self, n’ont pas retenu leur coup à l’encontre de la NCAA et ils n’ont pas hésité à utiliser un langage d’une rudesse rare.

“Nous sommes choqués et révoltés par la décision de la NCAA,” explique le directeur athlétique de Kansas, Jeff Long. “Ceci est clairement une décision punitive injuste pour un jeune homme qu’il n’avait aucune connaissance de quelconque violation du règlement de la NCAA, et qui n’a jamais bénéficié de cette violation.”

“En plus de 30 ans en tant que head coach universitaire, je n’ai jamais assisté à une punition si mesquine et haineuse contre un jeune homme qui n’a rien fait de mal,” ajoute Bill Self, le head coach des Jayhawks. “Voler son opportunité de jouer au basketball universitaire est scandaleux et une échec de la part de la NCAA.”

De plus, le coup de massue contre Kansas n’est pas terminé. Silvio De Sousa a participé à 20 rencontres la saison dernière, en 2017-18, et il a joué notamment avec les Jayhawks lors du NCAA Tournament, où leur course s’est terminé au Final Four.

L’Université de Kansas, Bill Self et certains représentants des Jayhawks sont clairement en tort face au règlement universitaire et ils méritent d’être punis, d’une façon ou d’une autre. Mais s’en prendre à Silvio De Sousa est tout simplement injuste et illogique.

Cette décision donne surtout que Silvio De Sousa paie pour les pots cassés par l’ensemble d’une ligue qui a profité des joueurs pour s’enrichir dans l’ombre.

Deux ans et demi de suspension pour $2.500 perçus, non pas par le joueur lui-même, mais par un tuteur légal qui est censé aider le jeune Angolais à s’installer et à lancer sa carrière de basketball aux Etats-Unis ? On nage en pleine délire. Il était certainement possible de trouver une sentence moins lourde et surtout plus humaine dans cette affaire.

La NCAA prend aujourd’hui la forme d’une entité à la main de fer et tape sur tout ce qui bouge, au détriment, avant tout, des athlètes-étudiants qui produisent la grande majorité des revenus pour la ligue universitaire elle-même.

Les entraîneurs et les institutions passeront à la casserole dès que la NCAA daignera se pencher sur leur sort.