La March Madness, rendez-vous tant attendu des fans de basketball universitaire, a démarré. Stars en devenir, futur lottery pick ou facteur X, pour créer l’upset ou assurer une qualification, retrouvez le récit de la performance individuelle de la soirée dans In The Zone.

 

Le First Round réservait de très belles affiches et mettait déjà en scène certains « cadors » de la compétition. Parmi eux, la grande curiosité de la saison de basketball universitaire, Ja Morant, qui avec Murray State affrontait le scintillant meneur de Marquette, Markus Howard.

Autant employer les grands mots : Ja Morant a livré un véritable récital.

Il lui a fallu à peine quelques minutes pour faire comprendre à tous les spectateurs du XL Center de Hartford (Connecticut) qu’il était bien déterminé à emmener les Racers au tour suivant.

Le futur lottery pick n’est pas facile à impressionner et à déstabiliser. Il trouve facilement sa motivation. La série de dunks explosifs réalisée à l’échauffement pendant que les supporters de Marquette scandaient « overrated » ont probablement eu un effet supplémentaire sur le natif de Caroline du Sud.

Le ton a été donné dès l’entame de match, avec un premier back door à destination de K.J. Williams pour ouvrir le compteur de son équipe. Et durant ces vingt premières minutes, Ja Morant va ensuite éclabousser l’enceinte de tout son talent et de sa polyvalence.

Tous les outils sont utilisés et, en particulier, ses grandes qualités de playmaking comme nous l’avons abordé en novembre, dans un « Zooming On » dédié à la star des Racers.

Temetrius Jamel Morant, de son nom complet, n’est pas seulement capable de sortir des matchs à plus de 30 points, comme il l’a fait à six reprises cette saison, et notamment lors de la finale de l’Ohio Valley Conférence pour obtenir le sésame vers la March Madness. Il met à disposition de son équipe son énorme QI basket pour trouver les coéquipiers les mieux placés, comme le freshman Tevin Brown qui, bien servi, a réalisé à 5 sur 9 derrière l’arc.

Et que dire de ces passes « laser » réalisées en plein milieu du trafic ou encore de l’excellent travail réalisé en transition.

D’ailleurs, Ja Morant se permet même d’arracher le rebond avant de lui-même achever l’action.

S’il aime faire briller les autres, il aime tout autant alimenter les réseaux sociaux avec des highlights à base de step back à 3 points pour clôturer la première mi-temps ou en mettant à profit ses qualités athlétiques hors normes à la finition de back door sur un service de son compère Shaq Buchanan.

Sans oublier l’énorme dunk sur l’un des frères Hauser.

Toute cette polyvalence mène notre héros du soir à un impressionnant triple double avec 17 points, 16 passes et 11 rebonds ; une performance qui lui permet même de rentrer dans l’histoire puisqu’il n’y avait pas eu de triple double lors du tournoi depuis Draymond Green en 2012.

Ja Morant devient surtout le 8ème joueur à réaliser cet exploit aux côtés de Dwyane Wade et de Shaquille O’Neal, notamment.

On lui pardonnera comme souvent cette saison les nombreuses balles perdues et les absences défensives, car, atteindre un tel niveau de jeu génère forcément du déchet.

En retenant les leçons de l’an passé, Ja Morant a répondu présent et a pris ses responsabilités lors de ce First Round, devant les yeux ébahis de ceux venus le découvrir, l’encourager ou l’observer, en référence aux habituels scouts présents une nouvelle fois auprès du phénomène.

Les Racers ont désormais rendez-vous samedi avec les Seminoles de Florida State pour un éventuel exploit face à l’impressionnant canadien Mfiondu Kabengele.