Midnight On Campus apporte en cette saison de basketball universitaire un nouveau rendez-vous hebdomadaire (a minima) sur une découverte de la semaine, la “Gem of the Week“. Le principe ? Analyser en profondeur une équipe qui nous a impressionné au cours de la semaine, que ce soit une équipe issue du Power Six ou des Mid-Majors.

 

Après des dossiers à propos de Washington puis FurmanIowaThe Citadel et dernièrement San Francisco, prenons rendez-vous avec la fameuse conférence SEC et notamment avec la belle surprise de la saison, Ole Miss.

 

“Fun is back, guys”

 

Ah, Ole Miss, ce programme qui fut tellement fun à voir pour un seul joueur : Marshall Henderson.

Le joueur le plus fou de la dernière décennie de notre championnat, extrêmement doué offensivement mais qui a eu énormément de soucis extra-sportifs. On se souviendra de ses mémorables “trashtalks” avec le public adverse ainsi que ses nombreux cartons en attaque. Mais depuis son départ, Ole Miss végète dangereusement dans une conférence SEC toujours aussi dense.

Sauf que cette saison, les hautes instances de l’université ont frappé fort avec l’arrivée d’un nouvel head coach, Kermit Davis, qui sort de plusieurs saisons exceptionnelles avec Middle Tennessee State.

Un entraîneur un peu old school mais qui a promis de ramener une dose de folie sur le parquet dès cette saison. Et après avoir vu le match de samedi contre Florida Gulf Coast (RIP Dunk City, toujours dans nos mémoires), je peux vous assurer que oui, Ole Miss est agréable à regarder !

“FUN IS BACK, GUYS.”

Ce sont les mots du commentateur de cette rencontre, complètement conquis par le niveau de jeu proposé par les Rebels. Il ne fut pas le seul.

 

Un duo d’upperclassmen pour commencer fort

 

Ole Miss termine son calendrier hors-conférence avec un bilan de 9 victoires pour 2 défaites. Cela faisait une éternité qu’un tel bilan n’avait été atteint sur les débuts de saisons précédents.

Oui, le calendrier ne fut pas glorieux même si sur le papier, il y avait des belles rencontres face à de (très) bonnes équipes de Mid-Majors. Malheureusement, certains de ces programmes comme Chattanooga, FGCU, Middle Tennessee ou encore Illinois State sont en période de reconstruction. Les deux seules défaites ont été subies contre Butler (83-76) et Cincinnati (71-57).

Pourtant, tout était réuni pour avoir une saison un peu délicate pour les Rebels, notamment avec un jeune groupe. Mais un duo joue sur une autre planète et n’est pas étranger au bon début de saison de l’équipe.

Le senior Terrance Davis est le principal scoreur de l’équipe, alors que le junior Breein Tyree est le métronome, que ce soit offensivement ou défensivement. C’est lui qui dicte le tempo de l’équipe et c’est le joueur le plus important quand il est sur le parquet. La jeunesse qui prendra la relève la saison prochaine est déjà prête. On pense notamment à la doublette d’intérieurs entre Blake Hinson et K.J. Buffen, qui dépasse les espérances du coaching staff.

 

Une des plus belles attaques du championnat

 

Mais quand on parle d’Ole Miss en cette première partie de saison, c’est aussi grâce à son adresse à longue distance. C’est tout simplement la meilleure équipe de la SEC dans ce domaine avec quasiment 39% de moyenne.

Il faut dire qu’il y a un gros travail collectif, surtout des intérieurs, pour trouver le décalage et un shooteur démarqué.

 

 

Outre être adroit à longue distance, Ole Miss ne se contente pas qu’artiller en priant que cela rentre. L’équipe s’appuie sur une base défensive solide, alternant de la zone-press et de l’individuel. Lors des séquences en zone, le premier rideau est ultra agressive sur le porteur adverse, forçant l’adversaire à faire un choix rapide (qui est souvent un mauvais choix au passage).

Cela permet de récupérer pas mal de ballons gratuits, qui se transforment en points faciles en transition (l’autre force du programme).

 

 

Quand on regarde les statistiques avancées, on note qu’offensivement, Ole Miss est l’une des meilleures équipes de notre championnat alors que personne n’en parle. Très peu de déchet en attaque, une belle réussite à deux et à trois points : que dire de plus si ce n’est contempler ce chef-d’oeuvre.

Défensivement, l’équipe n’est pas en reste et affiche un très bon ratio au niveau des pertes de balles adverses et de l’adresse en général. Il est bien loin le temps d’un Ole Miss brouillon, peu inspiré et horrible à regarder.

Kermit Davis est en train de réussir son pari et il mène à merveille ce jeune groupe. On savait à son arrivée qu’il était le head coach idéal pour un tel programme, perfectionniste et une philosophie de jeu en adéquation avec son groupe. Pourquoi ? Samedi soir, à +30, il prend un temps-mort en gueulant sur ses joueurs car il y a avait un relâchement défensif

Il faudra faire attention à Ole Miss concernant les matchs de conférence SEC. Au même titre que Mississippi State, le programme peut faire des matchs somptueux en battant n’importe qui, n’importe quand.

Encore faut-il que la défense soit effective pendant 40 minutes, et sur ce dernier point, Ole Miss possède un avantage non-négligeable face au rival.