Blessé au poignet en 2017, Charlie Brown est de retour pour mener St Joseph's avant de, peut-être, s’envoler vers la grande ligue.

Philadelphie, octobre 2017. 

Il est environ 15h30 de l’après-midi quand, Charlie Brown arrive dans le gymnase de l’université. Le désormais sophomore prend part à l’entraînement quotidien avec ses coéquipiers.

“Au début, j’avais mal,” racontait-il au Billy Penn. Mais je ne pensais pas que c’était cassé. Quelques jours plus tard, j’ai appris que ça l’était. »

Lui et les Hawks de St Joseph’s apprennent la nouvelle. Le freshman phare, qui vient de sortir d’une saison à près de 13 points de moyenne (12.8) en plus de ses 5 rebonds, s’est fracturé le poignet lors de cet entraînement. A cette période, l’université n’annonce que quelques semaines d’absence. 

« J’étais énervé, mais je pense que tout arrive pour une raison, » affirme-t-il, toujours au Billy Penn. 

En janvier dernier, alors qu’il devait revenir à la fin de l’année 2017, on apprend que l’arrière des Hawks sera absent trois semaines de plus. Finalement, le natif de Philadelphie ne jouera pas du reste de son année freshman.

Après un an passé sur la touche des Hawks, Charlie Brown est de retour sur les parquets universitaires. Un retour à la compétition qui se passe bien. St Joseph’s jouait sa première rencontre de l’année le 9 novembre dernier face à Old Dominion. Charlie Brown termine avec 20 points. 

Quelques jours plus tard, le redshirt sophomore et les Hawks affrontaient Monmouth. Il inscrit les huit premiers points de son équipe et termine cette deuxième confrontation avec 21 points en 23 minutes. 

« Une fois de retour sur le terrain, tout commençait à être mieux. Je suis arrivé sur le terrain avec une mentalité de scorer. »

Au début de ce mois de novembre, un premier duel attendait Charlie Brown et les Hawks. Au HTC Center, dans le cadre du Myrtle Beach Invitationalle deuxième année faisait face à Wake Forest et au freshman français Jaylen Hoard, l’un des meilleurs première année de cette promotion 2018. 

Test réussi : Charlie Brown a donné du fil à retordre au Français avec un troisième match à 20 points ou plus cette saison. Dans la victoire des siens, il termine avec 26 unités au compteur à 8/15 au tir dont un 4/8 à trois points.

Derrière ces trois victoires, la saison de Saint Joseph se complique. 

Les Hawks enchainent trois défaites consécutives malgré l’excellente forme de Charlie Brown. Le poignet est définitivement remis. Ses 28, 18 et 37 points n’auront pas suffit pour mener son équipe vers le succès.

Au niveau du jeu, sur ce premier mois de compétition, on a observé un Charlie Brown plutôt agressif vers le cercle. Il se rend en moyenne sept fois sur la ligne des lances-francs, pour une réussite de 82%. Cela se traduit aussi dans le jeu. L’arrière est statistiquement stratosphérique puisque dès qu’il est sur le parquet, il inscrit 60% de ses tirs à deux points et 56% de ses shoots à trois points.

Des chiffres impressionnants, mais seront-ils suffisants pour permettre aux Hawks de décrocher une qualification à la March Madness ? A voir. La seconde partie de saison sera déterminante pour St Joseph’s car il faudra être présent comme ce fut le cas contre Wake Forest il y a quelques jours.

Prochainement, c’est un autre test qui attend Charlie Brown et ses coéquipiers : Villanova. 

Si les champions nationaux en titre ne sont pas dans la forme de leur vie, il faudra faire attention et être concentré dès l’entre-deux. 

Et si tout ce passe bien pour Charlie Brown, ses performances l’emmèneront vers la grande ligue. Pour Phil Martelli, le head coach de St Joseph’s, nul doute qu’il y arrivera :

« C’est une star en devenir grâce à son éthique de travail. S’il est encore un peu tôt, il a le potentiel. Il doit continuer à travailler dur et il est prêt pour ça. Je suis impressionné par son amour pour le jeu, par sa volonté à d’être entrainé. Ce sont des facteurs qui me pousse à le voir réussir. Je lui souhaite le meilleur. »