Quelle équipe remportera la West Coast Conference ?

Alors que la première partie de saison se termine, on arrive au premier moment fort de la saison de basketball universitaire : le programme de conférence. Pour y voir un peu plus clair, on vous propose un récapitulatif à mi-saison pour une multitude de conférence, avec nos favoris, nos outsiders et nos pronostics pour le titre.

Cinquième conférence : la West Coast Conference, qui sera le théâtre des surprises cette saison. 

 

Les favoris :

Gonzaga Bulldogs (12 victoires – 2 défaites)

 

On ne présente plus le programme de basketball de Gonzaga.

Devenue une place forte au sein des Mid-Majors, l’équipe est toujours aussi talentueuse cette saison avec l’émergence de certains talents afin de remplacer le départ de cadres majeurs.

Le junior Rui Hachimura réalise la meilleure saison au niveau du scoring de sa carrière universitaire, avec plus de 21 points de moyenne (contre 11 la saison dernière). Il a pris les choses en mains et Gonzaga peut lui dire merci un paquet de fois sur ce début de saison. La victoire contre #1 Duke a remis un petit peu de hype sur le programme, qui évolue toujours sans l’un de ses leaders, le Français Killian Tillie.

Mais son absence ne se fait pas trop ressentir (moins que prévu) tant le collectif répond présent. Une solide rotation de 8 joueurs, qu’intégrera Killian Tillie sans trop forcer tant son apport est essentiel au sein du groupe. Zach Norvell surfe sur son excellente saison de freshman, alors que Brandon Clarke et Josh Perkins répondent toujours aussi présent.

N’oublions pas le sophomore Corey Kispert, qui profite de l’absence de Killian Tillie pour prendre des minutes dans la rotation, avec un apport très correct.

Gonzaga semble encore une fois au-dessus dans la West Coast Conference mais attention toutefois aux accidents de parcours. Surtout que les prétendants sont nombreux.

 

San Francisco (12 victoires – 2 défaites)

 

San Francisco est ma découverte personnelle de ce début de saison.

Je suis tombé amoureux dès mon premier visionnage : une ambiance atypique à domicile et un jeu proposé très fluide. Du bon « West Coast Basketball » comme on aime.

Malheureusement, le programme vient de perdre son dernier match de son calendrier hors-conférence contre UC Santa Barbara. Elle s’ajoute à celle contre Buffalo et les Dons affichent donc un bilan de 12 victoires pour 2 défaites, ce qui reste tout de même un départ historique pour le programme.

Une attaque flamboyante, une défense étouffante, du run and gun avec parcimonie, tout est réuni pour que San Francisco entre dans nos cœurs. Je vous invite à (re)lire mon papier sur le programme. 

San Francisco à la March Madness ? ON SIGNE IMMÉDIATEMENT.

 

L’outsider numéro un :

Loyola Marymount (12 victoires – 2 défaites)

 

On attendait BYU, Pacific ou encore San Diego en tant que troisième larron, mais c’est Loyola Marymount qui impressionne le plus sur cette première partie de saison au sein de la WCC (avec San Francisco).

Il faut dire que le groupe des Lions reste assez jeune, composé en partie par des sophomores avec seulement trois seniors et deux juniors pour les encadrer.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la mayonnaise a bien pris car le programme affiche un excellent bilan. Même si le calendrier n’était pas le plus difficile, Loyola Marymount compte des victoires face à UNLV, Georgetown, Boise State, Ohio et UC Davis.

Seule ombre au tableau, la défaite sur le parquet de UCLA, dans un non-match total.

D’ailleurs, le programme est capable de passer complètement au travers dans un match, sans trouver les solutions. Ce fut le cas aussi lors de la défaite surprise contre UC Riverside. Des victoires poussives contre Florida A&M, Central Connecticut ou Cal State Fullerton empêchent de s’emballer à 300% sur l’équipe.

Mais n’enterrons pas trop vite Loyola Marymount qui possède une défense ultra-productive. Cela pêche un peu offensivement, mais les joueurs d’expérience limitent un peu la casse. C

ependant, petite lueur d’espoir, Zafir Williams, Joe Quintana et Dameane Douglas apportent de plus en plumet le jeune trio devra apporter sa pierre à l’édifice lors des chocs contre Gonzaga ou encore San Francisco.

S’il y a un pari à prendre dans la conférence, c’est bien Loyola Marymount.

 

En bref dans la West Coast Conference :

 

Après sa démonstration contre le rival de toujours, San Diego State, San Diego est loin d’être rassasié. Le programme n’est pas passé loin débattre Oregon, Ole Miss et Washington, le tout à l’extérieur.

Avec l’effectif le plus âgé de la conférence, les Toreros ne veulent plus être le punching ball et veulent jouer les premiers rôles pour la dernière de son noyau dur. Une équipe qui peut s’immiscer dans la lutte au titre, assurément.

Pour sa troisième saison à la tête de Pacific, Damon Stoudamire peut compter sur l’expérience de ses cadres afin de jouer les troubles-fêtes dans la conférence.

Son travail porte enfin ses fruits, notamment sur son recrutement, avec l’explosion du sophomore Lafayette Dorsey, qui est un joueur incroyable et qui dominera dans les saisons prochaines la conférence. Cela fait plaisir de voir Pacific en aussi bonne forme.

Enfin, terminons avec BYU et son trio de juniors.

Yoeli Childs est un intérieur incroyable, qui rentre match après match dans l’histoire du programme, au point d’être dans la discussion avec Jimmer Fredette pour le meilleur prospect de ces dernières décennies (Yoeli Childs risque de se présenter à la Draft NBA cette saison, Jimmer Fredette devrait rester devant au niveau du scoring). Les Cougars peuvent prendre feu à tout moment, l’ADN de l’équipe, sans pour autant défendre.

 

Classement pour le titre – West Coast Conference
Classement Equipes
1. Gonzaga
2. San Francsico
3. San Diego
4. Loyola Marymount
5. BYU
6. Pacific
7. Santa Clara
8. Saint Mary’s
9. Portland
10. Pepperdine