Soutenez Midnight on Campus avec Patreon !
(Crédit photo : Thomas J. Russo-USA TODAY Sports)

A Virginia, des Cavaliers en mission pour sauver un passé douloureux à la March Madness

On ne peut pas conter l’histoire de Virginia sans s’arrêter sur cette soirée du 16 mars 2018.

Stoïque devant nos écrans. Virginia vient de prendre 20 points dans la vue contre UMBC (54-74). On vient d’assister au premier upset d’un seed #16 contre une tête de série #1 de l’histoire de la March Madness. Les Cavaliers, malheureux qui resteront dans l’histoire, après une saison où l’équipe de Tony Bennett a été dominatrice du début à la (quasi-)fin.

“Cela montre juste que n’importe qui peut battre n’importe qui et si tu n’arrives pas pour jouer tu vas perdre. C’est le basketball,” tente d’expliquer Ty Jerome après la défaite face à UMBC.

“[Tony Bennett] a suscité beaucoup d’humilité et d’unité à notre équipe. Il nous sera donc facile de rebondir,” réagit Kyle Guy suite à ce même match.

Si, un peu plus de 365 jours après, ce moment résonne encore dans les têtes du côté de Virginia, l’histoire se termine sans trop de dommages collatéraux. Tony Bennett réussit à garder le noyau de son roster : De’Andre Hunter, Ty Jerome, Kyle Guy, Jack Salt, tous reste à Charlottesville pour une année supplémentaire.

Avec une mission : faire oublier ce faux-pas qui, malgré eux, restera dans les mémoires collectives.

 

Les Cavaliers retrouvent un seed #1, encore

 

Cette mission commence parfaitement bien. On est en novembre et leur campagne 2018-19 débute par une série 16 de victoires. On retrouve sur les parquets les Cavaliers que l’on avait quittés avant la dernière March Madness.

Dominateurs des deux côtés du parquet, “nous sommes prêts à montrer de quoi on est capable et à parler d’autre chose“, confie Kyle Guy avant la saison.

16 victoires consécutives, on se dit que Virginia a repris du poil de la bête.

Et puis, en janvier, ils font face à une de bête nommée Zion Williamson. Le gamin de Caroline du Sud se trouve sous les spotlights du monde entier. Duke reçoit des Cavaliers en grande forme pour l’un des grands matches de la saison universitaire. Une confrontation qui tient toutes ses promesses.

Mais comme dans tout match, il faut un perdant. Ce sera Virginia, d’un petit panier (72-70). Les Cavaliers perdent pour la première fois de la saison, un 20 janvier. Avant le match retour, quelques semaines plus tard, Kyle Guy et ses copains ont renoué avec la victoire et restent sur quatre victoires d’affiliée.

Mais, Duke frappe encore. Les Blue Devils infligent la deuxième défaite de l’année aux Cavaliers (81-71), la première sur le parquet de Charlottesville.

Rob Kinnan, USA TODAY Sports

Virginia retrouve rapidement sa vitesse de croisière et enchaîne de nouveau les victoires. North Carolina, Louisville (deux fois), Virginia Tech ou encore Notre Dame, les Cavaliers dominent la fin de saison en conférence ACC. Les hommes de Tony Bennett arrivent l’esprit tranquille au tournoi de conférence avec l’étiquette de co-favoris avec Duke.

Sous l’impulsion d’un Kyle Guy en jambes (29 points), Virginia se défait facilement du Wolfpack de North Carolina State (76-56). Prochain adversaire : Florida State.

On se dit qu’il ne devrait pas y avoir trop de problèmes. C’est mal connaître le basket universitaire : les Seminoles surprennent et éliminent les Cavaliers du tournoi (69-59).

Place à la March Madness avec un seed numéro 1. Encore.

 

 

Virginia avec une mission à terminer lors du Final Four

 

Ty Jerome et ses copains joueront une tête de série 16 pour commencer le tournoi, encore. Et, cette fois, ce sera Gardner-Webb.

Sans trop y croire, on se dit que Virginia peut se faire surprendre même si une grande équipe ne fait pas deux faux-pas consécutifs. Impossible. Et pourtant, encore une fois, c’est mal connaître le basket universitaire.

Dans les premières minutes, Virginia se fait peur. Les Bulldogs prennent 2 puis 4 points d’avance. Une avance qui monte finalement à 10 points après dix minutes du jeu (20-10). Et si l’ombre UMBC refaisait surface ? Puisque de dix unités, l’écart monte à 14 dans la foulée (30-16).

L’équipe de Tony Bennett semble paralysée, nerveuse et enchaîne les pertes de balles. Toutefois, le déclic arrive.

Kyle Guy, sur une passe de Ty Jerome, déboule à 3-points. C’est dedans.

Les Cavaliers retrouvent la forme même s’ils sont toujours derrière à la pause (36-30). Le retour commence et en l’espace de cinq minutes en seconde période, les hommes de Bennett passent devant pour la première fois du match.

Un avantage qu’ils ne lâcheront plus avant de finalement s’imposer 71-56.

Mais la route est encore longue avant de soulever le trophée. Pour y arriver, ils retrouvent sur leur route : Oklahoma et Oregon. Deux rencontres qui tournent en faveur des joueurs de Virginia mais d’un souffle (63-51 face aux Sooners et 53-49 contre les Ducks).

Place à l’Elite 8 contre le Purdue d’un Carson Edwards bouillant qui enchaînent les performances : 26 points au premier tour contre Old Dominion, 42 contre Villanova et 29 face à Tennessee. Virginia n’y échappe pas.

Face à eux, le meneur des Boilermakers est une nouvelle fois dans la zone et termine avec 42 points. Dans les derniers instants, il permet à son équipe de remonter 6 points et de passer devant au score.

On se dit que l’aventure de Virginia est terminée… avant que Mamadi Diakite sorte un tir au buzzer. Prolongation. Ça, c’est le positif.

Dans les tous derniers instants de cette prolongation, pour arracher une deuxième prolongation, Carsen Edwards succombe à la pression. Il envoie une passe bien trop forte. Le ballon sort et Virginia l’emporte (80-75).

 

 

Ils y sont : Virginia jouera le Final Four pour se donner l’opportunité de soulever le trophée devant le pays entier. Mais avant cela, Auburn. Les Tigers sont sur leur petit nuage et n’ont peur de personne, tombeurs de New Mexico State, Kansas, North Carolina et Kentucky. Rien que cela.

Les Cavaliers devront être habiles pour dompter des Tigers qui n’ont rien à perdre. Pour eux, le tournoi est déjà réussi. De l’autre côté, Virginia a une mission à terminer.

Le petit dérapage de l’année dernière est toujours là, caché dans les têtes.

Plus de lecture ?
Braxton Key Virginia vs Auburn March Madness 2019
#CBBPreview : Virginia est-il parti pour une saison de transition ?