Le circuit AAU est une tradition estivale et doit le rester.

La NCAA a lancé une nouvelle campagne à l’encontre des circuits AAU et l’attaque est aussi tranchante que logique si l’on se met à la place de la ligue universitaire. Cette affaire, qui remonte  déjà à quelques temps, risque de faire grand bruit et met un grand coup de pied dans la fourmilière.

La nouvelle bataille de la NCAA concerne le recrutement des joueurs en provenance de High School.

Jeff Goodman a annoncé cette nouvelle dans son excellent podcast (que je recommande fortement). Une multitude de changements sera proposée à la NABC (National Association of Basketball Coaches) et dont la commissionaire, Condoleeza Rice, veut absolument introduire ces changements le plus rapidement possible.

Voici les principaux changements que l’on connait à l’heure actuelle :

  • La NCAA veut accueillir et organiser quatre camps régionaux, potentiellement en juin et juillet au début, avec la participation d’environ 2,000 à 3,000 athlètes. Une fois les deux camps effectués, les 700 meilleurs prospects s’affronteront dans un autre camp, qui sera encadré par des entraineurs de G-League, joueur professionnel en NBA et même certains joueurs universitaires. Il reste à voir si un tel plan est réalisable.
  • Jeff Goodman a résumé le principal objectif de ce changement : enlever un peu de pouvoir des mains des head coaches de AAU et en donner davantage aux head coaches de High School.
  • Enfin, le but final toujours selon Goodman est “de mettre fin à l’AAU dans le moyen ou long terme, pour que les événements sponsorisés par des marques de chaussures n’existent plus.”

Même si ces changements semblent intéressants, le grand changement n’est pas encore d’actualité tant le circuit AAU pèse en terme de notoriété, d’argent et de médiatisation.

Et surtout, il s’agit d’une sorte de tradition pour les prospects. Ces derniers veulent jouer au basketball, affronter les meilleurs et si possible, le faire avec ses propres amis.

Il faut dire que la saison de High School reste très légère (dans certains Etats, la saison dure à peine cinq mois avec les Playoffs). Le temps est long entre les saisons et puis, cinq mois pour se faire un nom aux yeux des scouts universitaires, cela reste très peu, surtout pour des joueurs évoluant au sein d’Etats moins médiatisés.

L’AAU reste une option non-negigeable pour cela.

Mais alors, que deviendrait le circuit AAU si les changements sont votés ?

SB Nation a pris l’exemple du Nike EYBL pour l’illustration. Ce serait un championnat, basé sur le modèle d’une saison régulière puis de Playoffs (en l’occurrence le Peach Jam), avec quatre sessions dans quatre régions différentes. Les équipes s’y retrouvent pendant une semaine, jouent cinq rencontres, puis enchainent avec une petite période de repos. Ensuite, direction une autre région.

Une fois la saison régulière terminée, les meilleures formations se retrouvent dans le cadre du Peach Jam, tournoi à élimination directe (qui est excellent à suivre). Il s’agit déjà d’un rendez-vous immanquable pour les scouts, avec bien souvent l’apparition de head coaches universitaires dans le public (Sean Miller, Coach K, Shaka Smart, John Calipari & co sont des aficionados de ces tournois).

Du point de vue de Jeff Goodman, le Peach Jam ne risque plus d’exister puisque c’est un tournoi organisé par le AAU. Du moins, les entraineurs universitaires ne pourront plus y aller, perdant par la même occasion de se faire un réel avis sur les prospects.

Afin de “remplacer” le circuit AAU, la NCAA doit faire beaucoup plus que des petits tournois, clairement.

Un vrai calendrier avec des tournois, des camps et des évènements à gogo doit prendre forme. On ne parle pas ici de deux ou trois week-ends en plein milieu de l’été et je ne pense pas que la NCAA s’en rende compte avec les premières mesures.

D’un point de vue personnel, je pense surtout que la NCAA veut supprimer l’AAU car cette dernière organisation récupère énormément d’argent et est devenu un véritable marché dès que l’on parle du recrutement de futurs joueurs universitaires.

Et forcément, dès que cela parle d’argent, la NCAA pointe le petit bout de son nez.

La ligue universitaire voit des milliers de dollars (si ce n’est des millions) lui filer sous le nez et cela la dérange. Encore une fois, l’hypocrisie de la NCAA envers les prospects, qui seront les premiers impactés dans ces mesures, est grande.

Make money, don’t care about players.

L’AAU est une tradition chaque été et cela doit en rester ainsi. Point final.