Quels sont les atouts de UNC Greensboro pour la March Madness ?

Alors que la March Madness est sur le point de commencer, nous allons présenter en détails chaque  équipe qualifiée automatiquement concernant les Mid-Majors. Enfin, celles qui ont le plus de chances de franchir (au moins) un tour ou nos découvertes de la saison. Troisième opus avec UNC Greensboro, auteur d’une fin de saison canon dans la SoCon.

Retour sur la saison régulière

La lutte dans la conférence SoCon promettait énormément en début de saison. East Tennessee State semblait favori, UNC Greensboro en dauphin avec le trio de Furman, Mercer et Wofford en parfait outsider.

Finalement, une lutte à trois s’est tenue. Enfin, à deux, bien loin de East Tennessee State, qui survolait la saison régulière. On pensait les Buccaneers largement au-dessus, et puis arrive le mois de février et avec lui un chaos total.

East Tennessee State perd trois matchs consécutifs sur les 4 dernières rencontres. En bon opportuniste, UNC Greensboro arrache la première place à l’issue de la fin de saison avec trois victoires consécutives (si on pousse un peu plus, c’est 8 victoires pour 1 défaites depuis fin janvier).

Avant cela, UNC Greensboro avait connu quelques revers, notamment sur la première partie de saison. Une défaite sur le parquet de Virginia en ouverture de la saison (60-48), non sans démériter. Puis, une défaite à Wake Forest (81-75) et plus étonnant, à Presbytarian (74-72) sur un buzzer beater.

Cependant, il y a tout de même eu des victoires solides, notamment face à Delaware (79-66), UNC Wilmington (71-58) ou encore NC State (81-76). Cette dernière victoire donna un peu de crédibilité au programme et fut un entraînement parfait juste avant le début des matchs de conférence.

Et vu le résultat final, ce fut un joli coup de poker réalisé par le coaching staff !

Le tournoi de conférence

UNC Greensboro arrive au tournoi de la SoCon avec le seed #1 et une excellente dynamique. Le premier tour face à The Citadel est maîtrisé, avec une victoire sur le score de 72 à 58.

Mais voilà, quand on disait que quatre équipes étaient à la lutte pour le titre, forcément, cela peut offrir des demi-finales de folie. Ce fut le cas et UNC Greensboro n’était pas loin de se faire sortir par Wofford, emmené par la sensation de la conférence, Fletcher Magee (le tombeur de North Carolina un peu plus tôt cette saison). Mais à l’expérience, les Spartans s’imposent d’un point, 56 à 55. Maintenir une superbe attaque des Terriers à 55 points prouve que la défense d’UNC Greensboro est vraiment l’une des meilleures du pays.

Et puis, la finale tant espérée entre UNC Greensboro et East Tennessee State se produit. Une bataille des tranchées en perspective pour le match de l’année dans la conférence SoCon. Ce fut le cas sur la première période… jusqu’à ce que la défense des Spartans n’élève son niveau de jeu et limite son adversaire à 7 points inscrits lors des 10 premières minutes du second acte.

L’écart est fait, UNC Greensboro termine en roue libre le match et s’impose sur le score de 62 à 47. Logiquement, les Spartans représentent la conférence SoCon à la prochaine March Madness.

Que vaut UNC Greensboro, concrètement ?

Si vous aimez les belles défenses, vous allez adorer UNC Greenboro.

C’est simple, le programme est la 6ème meilleure défense du championnat, avec 62.4 points encaissés de moyenne. Et la plupart du temps, l’équipe défend en homme à homme ; on ne peut qu’aimer ce genre de programme en vrai.

Défensivement, c’est une valeur sûre. Le tournoi de conférence l’a prouvé et notamment lors des demie-finale et finale. Vous avez les rebonds (surtout offensifs) mais aussi les contres, deux domaines où excellent les Spartans.

La taille est présente, la mentalité de protéger à tout prix son panier, faire les efforts défensifs ensemble : un exemple à suivre pour tout programme voulant performer à haut niveau, tout simplement.

Offensivement, cela pêche un peu plus par contre. UNC Greensboro adore courir en transition après une perte de balle de l’adversaire. Mais quand vient le moment de jouer sur demi-terrain, cela se complique un peu plus.

A longue distance, les Spartans proposent une adresse de 35% et cela ne monte qu’à 50.9% à deux points… Bien loin des standards, même pour une équipe des Mid-Majors. Toutefois, le groupe reste très jeune avec peu d’expérience et cela se traduit pas un faible temps de jeu pour les joueurs du banc.

C’est déjà une belle surprise que UNC Greensboro se qualifie pour la March Madness, surtout lors d’une saison de transition. Sur un match, avec les qualités défensives de l’équipe, on ne sait jamais.

En tout cas, une chose est sûre : les Spartans embêteront bien du monde.

Un joueur de UNC Greensboro à suivre : James Dickey III.

Je peux parler de l’international Espagnol Francis Alonso, le meilleur scoreur de l’équipe et meilleur joueur du tournoi de conférence, qui a d’ailleurs inscrit le tir à trois points clutch face à Wofford.

Mais j’ai envie de mettre en valeur un joueur de l’ombre, tellement important dans le dispositif défensif, James Dickey III. Intérieur dur au mal, il tourne cette saison à 8.9 points, 8.3 rebonds et 2.2 contres. Il est le meilleur contreur de la conférence, avec 71 unités sur la saison régulière et forcément, il a été élu meilleur défenseur de la SoCon.

Ce n’est pas le joueur le plus flashy que je connaisse, mais si jamais je devais construire une équipe universitaire, il serait l’un de mes premiers choix en ce qui concerne un intérieur, clairement. Et en plus il n’est que sophomore.