Quels sont les atouts de Murray State pour la March Madness ?

Alors que la March Madness est sur le point de commencer, nous allons présenter en détails chaque  équipe qualifiée automatiquement concernant les Mid-Majors. Début en douceur avec le premier programme qui a obtenu son ticket direct pour la Grande Danse, Murray State, vainqueur du tournoi de l’Ohio Valley Conference.

Retour sur la saison régulière

Murray State n’a pas connu une première partie de saison très difficile.

Il faut dire que le programme a préféré affronter des programmes de même facture, si ce n’est un peu moins fort. Seulement deux matchs face à des programmes du Top 50 : une défaite face à (45) Middle Tennessee (72-67) et une autre face à (11) Auburn (81-77).

A chaque fois, Murray State n’est pas loin de sortir un upset, mais l’expérience ne joue pas en leur faveur et le money time est souvent mal géré. Cependant, les deux revers sont assez encourageants pour la suite.

Murray State connaît une nouvelle défaite, un peu surprise, sur le parquet de la très jeune équipe de Saint Louis (69-55) et ce sera tout pour les matchs hors-conférence. Le reste, des succès probants face à des programmes plus ou moins huppés, comme Wright State (80-61), Southern Illinois (81-73), Florida A&M (80-59) ou encore Marist (100-63).

C’est avec le plein de confiance que l’équipe débute les matchs de conférence.

Après quatre succès sur les quatre premières rencontres, les Racers chutent une nouvelle fois à l’extérieur, sur le parquet de Jacksonville State (76-71). Un match sans trop d’adresse, une défense sur courant alternatif, difficile de remporter un match dans de telles conditions.

La série de quatre matchs à l’extérieur commence mal… surtout qu’une semaine plus tard, Murray State se déplace chez son concurrent direct pour le titre et favori des bookmakers, Belmont.

Une première période maîtrisée, sans trop forcer. Un deuxième acte plus délicat mais toujours dans la cours. Et puis, le blackout sur les 8 dernières minutes : Belmont prend feu, Murray State ne répond plus et les Racers s’inclinent sur le score de 79 à 72.

La suite ?

11 victoires consécutives (plus facile quand vous n’affrontez plus Belmont) et le titre de la conférence pour la saison régulière, avec une victoire d’avance sur son rival. Il y a pire situation pour arriver au tournoi de l’Ohio Valley Conference qu’une telle série de victoire ; et en plus de cela, le niveau de jeu proposé est vraiment très solide.

Le tournoi de conférence

Grâce à son seed #1, Murray State se retrouve en demi-finales avec une opposition face à Jacksonville State. En saison régulière, les Racers ont partagé les résultats avec une défaite puis une victoire : le match peut basculer à l’avantage de n’importe qui.

Comme prévu, le trio composé de Marlon Hunter, Christian Cunningham et Jamall Gregory porte Jacksonville State. Mais dans les moments chauds, c’est bien le leader de Murray State, Terrell Miller, qui prend les choses en mains et éclipsent son adversaire du soir.

Bien aidé par le scoreur Jonathan Stark et le freshman Temetrius “Ja” Morant, les Racers s’imposent au final sur le score de 70 à 63. Une qualification en finale, face à l’adversaire tant attendu, Belmont.

La rencontre devait être un véritable feu d’artifice et devenir une belle vitrine pour l’Ohio Valley Conference : malheureusement, elle n’a tenu ses promesses que pendant 25 minutes.

Un run de 39-19 en seconde période permet à Murray State de s’imposer facilement (67-51), comptant même jusqu’à une vingtaine de points d’avance !

Le cinq majeur a répondu présent derrière un Jonathan Stark tout simplement intraitable à l’intérieur, profitant d’un matchup complètement à son avantage pour dominer la rencontre. Belmont s’est éteint en deuxième période, incapable de répondre aux vagues d’assauts des Racers, qui ont gratté des ballons facilement pour développer un jeu en transition très cohérent.

Murray State se retrouve comme la première équipe qualifiée pour la March Madness, ce qui est somme toute logique lorsque l’on observe la saison des Racers.

Que vaut Murray State, concrètement ?

Cela vaut 13 victoires sans défaites, déjà, ce qui n’est pas rien même pour un programme issu des Mid-Majors.

Murray State est une équipe small-ball qui ne possède pas de grands gabarits à l’intérieur. Cela peut s’avérer pénalisant pour la March Madness mais qui ne l’est pas du tout lors des rencontres de l’Ohio Valley Conference. La force du programme est surtout d’être une équipe terriblement efficace offensivement.

Rarement il est possible de voir des joueurs prenant un tir forcé. Ils posent les systèmes en attaque de manière très sereine et déroulent.

J’appuie ces propos avec les chiffres associés et vous pouvez voir (ci-dessous) que les Racers sont l’une des meilleures équipes chez les Mid-Majors au niveau du pourcentage de tir. Au niveau du « Four Factor » (les quatre chiffres-clés étant le pourcentage au tir, pourcentage de perte de balle, le pourcentage de rebond offensif et la différence entre le nombre de tirs tentés et le nombre de lancers-francs), le programme possède des statistiques plutôt solides, tout du moins offensivement.

Défensivement, c’est une autre histoire, à cause notamment du manque de taille, ce qui laisse plusieurs possibilités à l’adversaire d’inscrire un panier.

Murray State perd pas mal de ballons cette saison ; mais les statistiques sur les matchs de conférence se révèlent assez exceptionnelle.

L’équipe limite son adversaire en moyenne à 46.7% au tir dont un magnifique 29.9% à trois points ! Cependant, l’Ohio Valley Conference se résume un peu à Belmont, Murray State et Jacksonville State cette saison. Il est donc un peu normal d’observer une telle domination au niveau des lignes de statistiques.

Les Racers, jouant un peu plus petit que son adversaire, possèdent un plan de jeu assez simple : du pick-and-roll en tête de raquette, une fixation intérieure (poste bas) pour distribuer ensuite les caviars pour les extérieurs, qui sont très adroits à trois points.

Murray State, sur la saison, tourne à 37.4% à trois points et 54.5% à deux points. La sélection de tirs est toujours cohérente et les joueurs aiment se faire briller les uns entre les autres. De plus, les extérieurs sont de plus en plus agressifs vers le cercle depuis le mois de janvier ; preuve que le fond de jeu ne reste pas le même et s’adapte à ce que propose l’adversité.

Cependant, la réussite de Murray State à la March Madness dépendra surtout de l’adversaire.

Si les Racers tombent contre une équipe du type de Purdue, avec un 7-footer, cela risque d’être très difficile pour empocher la victoire. De plus, hormis le cinq majeur, le banc n’apporte pas une réelle plus-value et ne pèse pas autant sur le match.

Murray State doit se concentrer sur son adresse à trois points, avec toujours cette envie d’agresser le cercle, mais l’histoire risque de tourner court.

Un joueur de Murray State à regarder : Temetrius “Ja” Morant.

On nous pose régulièrement la question : « quels sont les joueurs à surveiller sur cette rencontre ».

Quand j’évoque le cas de Murray State, un nom revient sur toutes les lèvres : Jonathan Stark. Le meilleur joueur de l’Ohio Valley Conference s’inscrit la lignée de gros scoreurs tel que Isaiah Canaan ou encore Cameron Payne, qui lui ont précédé.

Mais je préfère mettre en lumière ma petite découverte, un meneur freshman qui a été volé (vraiment, il y a eu de gros débats) en n’étant pas sélectionné comme le freshman de l’année de la conférence, Temetrius “Ja” Morant.

Le meneur tourne cette saison à 12.7 points, 6.6 rebonds et 6.4 passes de moyenne… pour une première année en basketball universitaire. Il forme un backcourt tellement redoutable et complémentaire avec Jonathan Stark. “Ja” Morant est le métronome de cette équipe et malgré son inexpérience au haut niveau, il joue comme un senior.

Il est capable de créer le jeu via les situations de pick-and-roll, en distribuant de bons ballons à ses coéquipiers. Il peut également sanctionner lui-même, que ce soit avec un tir à mi-distance ou bien en allant chercher les points dans la raquette. Il a montré qu’il pouvait aussi être adroit à trois points, même si son 30% sur la saison ne reflète pas ces dernières semaines où il a été plutôt adroit.

Selon moi, “Ja” Morant peut être le joueur décisif lors de cette March Madness pour les Racers.

La défense adverse se focalisera certainement sur Jonathan Stark, laissant plus de liberté au meneur. L’avenir semble radieux pour Murray State avec un tel prospect, en tout cas.