Le Selection Sunday a, comme toujours, révélé des surprises et des matchups alléchants pour la March Madness.

Le comité de sélection de la March Madness a divulgué ce dont tout fan attend de pied ferme à chaque mois de mars : le bracket complet des 68 équipes qualifiées pour le tournoi final du championnat de basketball universitaire.

Et telle une tradition annuelle, certaines décisions de qualifier ou de recaler s’avèrent être drôlement houleuses.

Arizona State et Syracuse IN, USC et Notre Dame OUT

La “bubble” a de nouveau été sans pitié cette année. Cette fameuse zone de tous les dangers, pour les dernières places qualificatives, a éclaté en une litanie de réactions au moment de la révélation des 68 universités qualifiées.

UCLA, St Bonaventure, Arizona State et plus surprenant, Syracuse, ont atterri du bon côté de la guillotine en accédant à la Grande Danse par la petite porte du Last Four In.

A l’inverse, les espoirs de qualification ont été réduit à néant pour Baylor, Notre Dame, St Mary’s et USC, lauréats malheureux du First Four Out et recalés de justesse pour le tournoi final. Le Fighting Irish a perdu sa place pour la March Madness quelques heures avant la révélation des 68 équipes, au moment où Davidson empochait le titre de conférence Atlantic 10 au nez de Rhode Island.

Oklahoma et Texas se sont qualifiés plus aisément d’après le comité de sélection, ce qui est assez inattendu concernant les Sooners. En revanche, les équipes de Louisville, Oklahoma State, Middle Tennessee et Marquette faisaient face à d’autant plus d’adversité avant d’intégrer au tournoi final.

Point commun à la non-sélection de USC, Louisville et Oklahoma State ?

Les trois universités se trouvent à l’heure actuelle sous investigation du FBI dans l’affaire sur le système de corruption découvert à l’automne dernier. A méditer.

L’absence de USC, finaliste du tournoi de conférence Pac-12 et deuxième au terme de la saison régulière, et la présence d’Arizona State, éliminé au premier tour du tournoi de conférence et neuvième à l’issue de la saison régulière de la Pac-12 illustre un aspect fondamental de la nouvelle formule de qualification : les victoires en novembre et décembre valent autant que celles de janvier et février.

Le comité de sélection de la March Madness voulait mettre en avant les calendriers hors-conférence et la première partie de saison : la situation des Sun Devils et des Trojans en est la preuve parfaite.

Prenez connaissance de l’ensemble des universités qualifiées pour la March Madness, les différentes confrontations associées ainsi que les représentations des quatre régions grâce à un bracket détaillé :

Une région South minée et une densité incroyable dans le Midwest

Virginia, Villanova, Kansas et Xavier reçoivent les honneurs du meilleur seed des régions South, East, Midwest et West, respectivement.

La partie supérieure de la région South est par ailleurs complètement dantesque. Virginia, Kentucky et Arizona peuvent se rencontrer dès le Sweet 16. Nul doute qu’un gros poisson de cette cuvée laissera des plumes au sol dès la première partie de cette March Madness. La région South propose également de très bons outsiders en la personne de Cincinnati ou bien Tennessee.

De son côté, la région Midwest apparait comme un quart du bracket à la densité difficilement imaginable : il est difficile de départager de prime abord des équipes comme Kansas, Duke, Michigan State, Auburn ou encore Clemson. Et ce n’est sans compter sur la présence de Rhode Island, TCU ou encore New Mexico State en tant que parfaits tombeurs.

Le chemin de Villanova semble plutôt dégagé au sein de la région East, mais attention, les pièges demeurent tout de même légion. Alabama, West Virginia et Wichita State se trouvent dans le même moitié de région tandis que Purdue ou Texas Tech ne sont pas des équipes faciles à éliminer, s’ils se retrouvent en finale de région.

Enfin, dans la région West, un magnifique clash entre Xavier et Gonzaga semble inévitable en demi-finales de région. L’adversité n’est pas folle au sein de cette région, mais l’apport de North Carolina n’est pas vraiment pas une bonne nouvelle pour les Tar Heels. Il faudra faire tomber de très bonnes équipes en forme telles que Houston, Michigan et Texas A&M de moindre mesure.

Six jours de March Madness consécutifs… à partir de demain !

La March Madness débute dès demain à Dayton avec le First Four.

#16 LIU Brooklyn et #16 Radford lanceront les hostilités suivi de #11 St Bonaventure et #11 UCLA. Les confrontations entre #16 NC Central et #16 Texas Southern puis entre #11 Arizona State et #11 Syracuse s’enchaineront dès mercredi soir afin de définir les dernières positions du bracket à 64 équipes.

Le First Round ouvrira le bal officiel du tournoi un peu plus tard cette semaine, entre jeudi et vendredi. De très belles rencontres sont d’ores et déjà à cocher telles que :

  • #10 Oklahoma – #7 Rhode Island (jeudi)
  • #13 UNC Greensboro – #4 Gonzaga (jeudi)
  • #12 Davidson – #5 Kentucky (jeudi)
  • #11 San Diego State – #6 Houston (jeudi)
  • #9 Alabama – #8 Virginia Tech (jeudi)

  • #13 Marshall – #4 Wichita State (vendredi)
  • #10 Texas – #7 Nevada (vendredi)
  • #9 Kansas State – #8 Creighton (vendredi)
  • #14 Bucknell – #3 Michigan State (vendredi)
  • #12 New Mexico State – #5 Clemson (vendredi)

La première salve de la compétition s’étendra jusqu’à samedi et dimanche avec les rencontres du Second Round. Des confrontations extrêmement alléchantes pourraient avoir lieu entre #5 Kentucky et #4 Arizona, #5 West Virginia et #4 Wichita State, #5 Clemson et #4 Auburn ou encore #2 Duke et le gagnant de #7 Rhode Island contre #10 Oklahoma… si tout se passe bien, évidemment.

Les fameuses étapes du Sweet 16 et de l’Elite 8 auront lieu la semaine prochaine, du 22 au 25 mars, aux quatre coins des Etats-Unis. Effectivement, les demi-finales et finales de région se tiendront à Omaha (Midwest), Los Angeles (West), Atlanta (South) et Boston (East).

Les quatre finalistes nationaux se rejoindront ensuite dans l’Alamodome de San Antonio, du 31 mars au 2 avril, pour couronner un nouveau champion national au terme d’un Final Four spectaculaire.

Suivez-nous sur @MidnightCampus et Midnight on Campus sur Facebook pour rester au plus près de l’actualité de la March Madness au travers d’un maximum de récapitulatifs, articles et live-tweets prodigués par des experts du basketball universitaire.