Quelques oublis défensifs en fin de partie ont coûté très cher à Wichita State, qui s'est attaqué à Kentucky de fort belle manière.

Quatre ans après, le remake de la célèbre rencontre entre Wichita State et Kentucky avait lieu, toujours pour le compte de la March Madness. Ce match était clairement attendu par les fans des Shockers, désireux de prendre une revanche sur les Wildcats. Au terme d’un match avec un scénario fou dans le money time, c’est bien Kentucky qui s’impose, loin sans mal, sur le score de 65 à 62.

De’Aaron Fox a été très maladroit au tir (5/13) mais termine avec 14 points, comme son coéquipier Malik Monk, lui aussi transparent (3/10) mais qui inscrit un tir à trois points tellement crucial en fin de match. Edrice Adebayo ajoute un nouveau double-double (13 points et 10 rebonds), son cinquième sur les neuf dernières rencontres des Wildcats. Sans oublier l’apport du senior Derek Willis, avec ses 9 points et ses 8 rebonds.

En face, on a pu voir une prise de pouvoir du freshman Landry Shamet. Il a tenu la baraque dans les cinq dernières minutes et termine avec 20 points au compteur. Shaquille Morris a livré une bonne partition lui aussi (11 points et 8 rebonds), dans une guerre des tranchées à l’intérieur. Le reste de l’équipe a été discrète, trop pour pouvoir espérer quelque chose.

Amateur de score fleuve et de défense inexistante, cette première période n’a sûrement pas été à votre goût. En effet, ce fut un vrai combat d’hommes entre les deux équipes. Les intérieurs se rendaient coup pour coup. Kentucky, qui étonnamment ne craquera pas défensivement, nous sortira même des séquences très intéressantes, notamment en trappant dès que Shaquille Morris avait le ballon poste bas. Forcément, cela se ressent sur le tableau d’affichage, avec Kentucky qui est devant après 10 minutes sur le petit score de… 11 à 6.

Les dix prochaines minutes seront de même facture, avec le duel entre Adebayo et Morris à l’intérieur qui nous captive intensément. Malgré le fait que Wichita State grappille point par point, ce sont bien les Wildcats qui pointent devant à la pause, sur le score de 26 à 24.

Le début de la seconde période est la copie… non-conforme de la première. Nous assistons à un véritable feu d’artifice offensif sur les trois premières minutes. Comme si les attaques se lâchaient enfin ! La suite de ce deuxième acte peut se résumer à un mano a mano incessant entre les deux équipes. Kentucky crée un petit écart mais jamais s’envoler, Wichita State n’abdiquera jamais. Comptant jusqu’à six points de retard (oui c’est peu, mais dans un match comme celui là, cela vaut dix points) à sept minutes du terme, on sent la crispation chez les deux formations.

Wichita State commet des oublis défensifs, en laissant notamment Derek Willis tout seul à trois points, voulant à tout prix limiter la casse à l’intérieur pendant que Shaquille Morris se repose un petit peu. C’est alors que le show Landry Shamet débute. Que ce soit à trois points en première intention ou dans la raquette pour provoquer des fautes, il est omniprésent. A lui seul, il ramène son équipe au coude à coude avec Kentucky !

Mais voilà, Kentucky se remettra à défendre au moment opportun, sur les deux dernières actions, en sortant deux contres cruciaux. Wichita State a vraiment mal géré ces possessions et le manque d’expérience a fait tâche au pire des moments. Au final, les Wildcats s’imposent sur le fil et se qualifie pour le Sweet 16.